RSS
RSS


Montez à bord du vaisseau et partez à la recherche d'un nouveau foyer pour l'Humanité.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Troisième Niveau :: Cabines Standards Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Soirée musicale mensuelle - Flash-Back [Libre]

avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 12/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Camille Serac
Niv 1 : civil
Lun 21 Aoû - 12:05
[Maman, je vais à la soirée musicale ! Comme d'hab, 22h maxi. A+ I love you I love you I love you G fait mes devoirs t'inquiète pas !]

La soirée musicale mensuelle, organisée principalement pour que les détenteurs des cabines standards du niveau puisse se rencontrer autour d'un sujet commun, l'amour de la musique et de la culture.

Malgré ses allures un peu guindées, la soirée était pour Camille une vraie bouffée d'air frais, où elle avait pris l'habitude d'aller régulièrement. Les fausses fleurs en papier, les petits gâteaux aux parfums synthétiques mais délicieux, l'atmosphère paisible la transportaient dans un autre monde. Un océan de musique, de notes et de partitions, dont elle était un maillon, un membre qui faisait parti intégrante du groupe des habitants du troisième niveau.

Elle aimait y voir la foule éparse qui se répartissait dans le salon, qui allait chacun vers leur instrument préféré, qui s'inscrivait chacun leur tour sur un PAD pour définir quel serait leur tour pour jouer "en public". La liste des partitions y était également inscrite, et chacun pouvait sélectionner ce qu'il voulait. Le reste écoutait dans des fauteuils confortables, et pouvait parler à voix basse, avec des livres numériques à disposition.
Le grand luxe selon les critères des cabines standards, mais ici, on était au troisième niveau : tout y était plus "classe" et plus confortable que dans les autres niveaux - coursives réservées aux cabines de luxe exceptées.

C'était pour ça que maman avait accepté si facilement que Camille puisse y aller seule. Ici, on ne trouvait que des gens calmes, cultivés, intéressés par les évènements intellectuels - et même si la médecin ne l'avait évidemment pas formulée, cette dernière avait toujours espéré que sa fille chérie s'y fasse des relations. Pour devenir neurologue ou astrophysicienne, il lui en faudrait... car les places étaient chères, même si l'adolescente n'en avait pas encore conscience.

Avec enthousiasme, l'adolescente s'inscrivit sur la liste. Une partition l'intéressa particulièrement. Studio Gimbli, Chihiro, une musique qu'elle avait travaillé pendant ses cours de piano. Une mélopée un peu difficile, mais un peu lente, ce qui lui permettait de réfléchir encore aux placements de ses doigts ; ce qui la décida rapidement.
Le seul problème venait du fait qu'il fallait une deuxième paire de main - aussi commença t-elle à chercher autour d'elle un volontaire.

Mais comment ...? Le cœur battant, la gamine laissa le PAD bien en évidence avec la partition à côté .... il ne restait plus qu'à attendre quelqu'un qui s'approcherait, et qui semblerait intéressé. Rien de plus facile !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 09/07/2017
Niv 3 : équipe recherche
Voir le profil de l'utilisateur




Cassandre E. Eliashin
Niv 3 : équipe recherche
Mer 23 Aoû - 0:58


Cassandre avait décidé, sa guitare dans le dos, d’oser pour la première fois jouer en public. Ça faisait des mois qu’elle venait à ces rencontres mensuelles et jamais elle n’avait osé chanter. Elle avait pour habitude de regarder tous ces gens talentueux défiler sur au centre de la pièce jouer leur morceau, création personnelle ou partition à tour de rôle et ce moment était devenu presque sacré dans son mois. Elle en sortait inspirée, comme de l’ambroisie coulant dans ses veines, rafraîchie et pleine d’espoir. Elle reprenait sa guitare, chantait et faisait glisser ses doigts sur son instrument seule au fond de sa cabine. Elle avait aussi et surtout partagé cette passion avec son meilleur ami. Il l’accompagnait sur son instrument, et elle chantait. Parfois ils faisaient des duos, et en parfaite harmonie, ils en oubliaient le temps. C’était des moments magnifiques, ou elle sentait qu’elle allait pouvoir avancer, ne plus avoir de regrets. Que tout serait possible, qu’elle verrait peut-être un nouveau soleil.

Ils n’avaient plus vraiment le temps pour ça et Cassandre chantait à nouveau seule dans sa chambre, au milieu de son emploi du temps trop chargé par des cours interminables et ses stages laborieux. Plus de rencontre revivifiantes avec lui et plus de mains pour gratter la guitare tandis qu’elle chantait de vieilles chansons dans son anglais approximatif. De plus en plus rare sa voix grave et chaude qui flottait dans l’air pour lui donner des conseils sur ses partitions, sur ses rythmes, sur ses créations, sur sa voix. Sans lui, cette voix aurait continué à trembler seule dans le noir lorsqu’elle chantait pour elle et voilà qu’elle se remettait à trembler.

Cassandre avait plus besoin d’un partenaire que d’un public mais ce soir-là elle sortait sa guitare pour les autres. Elle avait pris son courage à deux mains et il était temps de poser sa pierre, de rendre ce qu’elle avait reçu, d’offrir de l’inspiration, de nouvelles notes. Elle posa son instrument dans un coin et se dirigea vers le fond de la pièce pour s’inscrire. Elle tremblait déjà. Elle avait hésité à jouer des créations personnelles, mais c’était trop tôt. Ce serait pour la prochaine fois. Elle jouait rarement sur des partitions et elle n’avait pas l’oreille absolue pour jouer absolument tout dès la première écoute, on pouvait donc dire qu’elle sortait de sa zone de confort en jouant des morceaux inconnus. Mais les morceaux venant de son cœur, écrits, élaborés, travaillés et retravaillés sur son morceau de bois lui parurent bien plus difficile à offrir que des morceaux déjà crées par d’autres artistes plus talentueux.

Elle s’approcha du PAD sans savoir quoi choisir. Elle avait l’embarras du choix. Mais cette abondance de partition la rendit mal à l’aise et elle se sentit vite submergée. Elle décida de prendre donc la première, celle qui était en évidence. Quand elle vit le titre, il lui rappela des souvenirs de la terre qu’elle n’avait pas pu garder en mémoire, c’était impossible. Pourtant elle avait déjà entendu la mélodie, sûre et certaine. Un film de son enfance, Chihiro. Elle s’était mis en tête de jouer cette partition, et s’était déjà habituée à l’idée de la jouer devant tous ces gens, la plupart inconnus, d’autres rencontrés au fil des soirées, mais ignorant totalement, jusque-là, sa musique; avant de voir que quelqu’un s’était déjà inscrit dessus.

‘Camille Serac – Chihiro’

Elle se sentit embêtée de devoir trouver un autre morceau, avant de se rendre compte que la partition pouvait se jouer avec un accompagnement, soit d’un autre piano, d’une harpe ou même d’une guitare. Elle sourit et regarda autour d’elle. Elle ne tarda pas à repérer la jeune fille. Elle se souvenait d’elle, un jeune talent. Elle avait adoré l’écouter à toutes les dernières soirées musicales. Il lui sembla que la petite l’observait du coin de l’œil, peut-être seulement une illusion, mais dans tous les cas cela encouragea Cassandre à aller à sa rencontre.

— Coucou ! Je m’appelle Cassandre. J’ai vu que tu t’étais déjà inscrite, et …


Elle fit un petit mouvement de la tête, et ne finit pas sa phrase, pour aller direct à l’essentiel. La soirée allait bientôt commencer, le premier musicien se préparait déjà au centre de la pièce, au milieu des fauteuils.

— Tu accepterais que je t’accompagne à la guitare ? Je n’ai jamais joué cette partition mais ça peut faire quelque chose de bien, j’en suis sûre !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 12/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Camille Serac
Niv 1 : civil
Dim 3 Sep - 8:13
Doucement, Camille s'assit dans un fauteuil, détendue. Elle se sentait toute excitée d'avoir choisi une partition qui la mettrait au défi, qui précipitait les battements de son coeur à l'idée de se planter lamentablement ; mais ici, il n'y avait pas d'élèves de sa classe. Tout au plus, sans doute leurs parents - mais l'adolescente espérait quand même que rien ne serait répété à ses camarades. Ils la trouveraient stupides et ils n'hésiteraient pas à se moquer d'elle - et cela ne provoquerait rien de bon, c'était sûr !

En attendant, la jeune fille ne jouait pas encore. Et une jeune femme s'approchait de sa partition, touchait le PAD - oh non, elle en cherchait une autre ... - avant de regarder autour d'elle. Déçue, Camille tenta de détourner le regard, d'observer seulement du coin de l'oeil ; avant de rougir un peu, tandis que l'inconnue s'approchait d'elle. Une bouffée d'espoir, un peu bête. Il fallait dire qu'elle avait vraiment envie de jouer quelque chose de nouveau ce soir !

Elle accueillit l'inconnue avec un grand sourire. Elle l'avait déjà vu assez souvent, à la réflexion, en train d'écouter la musique - mais jamais jouer.
Poliment, la gamine se redressa, avant de tendre sa main avec assurance. Le timbre de voix, le visage de la jeune femme lui plaisait ; et d'instinct, elle lui accorda toute sa confiance.

- "Bonjour ! J'aurai jamais pensé que ça pouvait se jouer à la guitare, en fait. Mais c'est vrai, pourquoi on ne pourrait pas !"

Ses yeux se plissèrent, alors qu'un grand sourire venait illuminer son visage juvénile.

- "Cassandre, c'est vraiment joli comme prénom. Moi, c'est Camille. Enfin, tu connais mon prénom si t'as vu que je m'étais inscrite !"

Elle éclata d'un rire un peu bêta, un peu gênée tout de même. C'était bizarre de rencontrer des inconnus comme ça !
Enfin, après tout, pourquoi pas. C'étaient des manières de faire qui étaient presque naturelles - elles étaient là pour faire de la musique.

- "Bref. Installes-toi près de moi, on à qu'à patienter ensemble, si tu veux. Il y a encore six personnes devant nous. Tu connais la musique, alors ? Chihiro ? J'crois que c'est un truc assez vieux, même pour la vieille Terre. genre quelques siècles. Un classique, il parait... Enfin, désolée, j'suis hyper bavarde. Maman dit qu'avec moi, on met un crédit dans la machine, et y'en a pour des heures !"

A nouveau, un petit rire de l'adolescente, qui prit son verre de thé froid dans les mains avant d'en boire une gorgée.
Pour le coup, elle était vraiment contente d'avoir trouvé une partenaire si rapidement !
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vidar 89-05 :: Troisième Niveau :: Cabines Standards-
Sauter vers: