RSS
RSS


Montez à bord du vaisseau et partez à la recherche d'un nouveau foyer pour l'Humanité.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Archives :: Anciens RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Déménagement [PV Camille]

avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 17/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniël Wallace
Niv 1 : civil
Ven 18 Aoû - 16:20
|Le théorème de Pythagore est un théorème de géométrie euclidienne qui met en relation les longueurs des côtés dans un triangle rectangle : le carré de la longueur de l'hypoténuse, qui est le côté opposé à l'angle droit, est égal à la somme des carrés des longueurs des deux autres côtés.|

La main droite de Nathaniël passa dans ses cheveux, alors qu'il cherchait à se souvenir de comment comprendre ce fichu théorème et tenter de l'appliquer sur les fichus exercices qui étaient écrits en dessous. Le problème n'étaient jamais de trouver la solution, instinctivement Nathaniël la traouvait toujours. Le problème, c'était la démonstration. Et ça, pour l'adolescent, c'était comme lui parler coréen. Aucun intérêt. Assis à la table de la cabine, des papiers partout et sur tous les sujets, Nathaniël maudissait mentalement un certain psy et sa décision de cours par correspondance.

Un regard fugace passa des exercices de trigo à la fenêtre, avec une légère pointe d'envie de l'ouvrir et de balancer l'intégralité des feuilles de devoirs qu'il avait à fournir. L'intellectuelle de la famille, c'était Bethany. Il suffisait de voir la vitesse avec laquelle elle comprenait les problèmes que l'on apprenait aux enfants de son âge. Si seulement elle connaissait déjà la trigonométrie, l'adolescent s'en sortirait en lui refilant quelques crédits en échange. Mais à 11 ans, les problèmes se résument à "une baignoire perd en moyenne 5 litre d'eau par 5 minutes par un trou. En sachant qu'elle se remplit de 3 litres par secondes et que la baignoire fait ... Qu'en conluez-vous ?". Souriant, Nathaniël se rappela que la réponse "Qu'il est temps que je rebouche ce putain de trou..." n'avait pas forcément été du goût du professeur à cette époque, à défaut de faire rire toute une classe.

Soudain, la porte s'ouvrit et une personne à la chevelure blonde entra dans la pièce.

"Ah. Tu es là. Tiens, il y avait une lettre pour toi."

C'était Lindsay, une femme des services sociaux qui avait accepté de se porter garante pour eux, devenant ainsi le référent légal au sein du Vidar des deux enfants Wallace jusqu'à l'émancipation de Nathaniël - émancipation pouvant bien n'arriver qu'après la majorité de Béthany, allez savoir. Prenant l'enveloppe, le jeune homme regarda l'écusson qu'elle portait avant de soupirer une fois de plus et de la poser plus loin. Le fait qu'elle avait déjà été ouverte n'était pas en soit un problème, étant donné que c'était Lindsay qui venait de la lui donner.

"Tu ne veux pas la lire."

"A quoi bon. Savoir ce qu'Adenkoth pense de mon évaluation psychologique ? J'en ai rien à f..."

"Ton langage jeune homme !"

S'il était une chose de vrai dans ce vaisseau, c'était que Lindsay savait y faire avec Nathaniël. Intransigeante sur certains points comme le langage ou les moeurs, pétillante et adorable sur d'autres, elle était parfaite dans son rôle de tutrice.

"Tu t'es vraiment emporté sur le psy ?"

"Il est encore en vie non ?"

"Nathaniël... Le moindre écart peut faire..."

"Qu'Adenkoth revoit son jugement et m'envoie au pénitencier ? Bah tant pis."

"Et Bethany ? Tout ce que tu as fait pour elle ne compte plus."

Un nouveau soupir et l'adolescent avisa Lindsay.

"Pardon. Je suis désolé."

Lui souriant, la tutrice répondit :

"Ce n'est rien. Nous mettrons ça sur le compte de la trigo." Et prenant une autre feuille sur la table, elle ajouta : "N'oublies pas. Ce soir, on regarde sur le réseau pour que je te montre comment compléter ces papiers administratifs."

"Oui, j'ai pas oublié."

C'est sur cette phrase qu'une espèce de tornade rousse traversa une autre porte, déclamant un "ils arrivent. Je les ai vus. Je fonces les accueillir...", réflexion qui sortit définitivement Nathaniël de la trigonométrie. Ils arrivent ... les mots lui rappelèrent que Lindsay leur avait demandé d'aider pour un emménagement sur le pallier voisin. Et comme toujours, Bethany s'était montré super enthousiaste. Elle n'avait visiblement rien perdu de cet état d'esprit.

"Je suis contente que tu sois là en fin de compte. Vous ne serez pas de trop pour monter les cartons."

"Les ? Tu connais beaucoup de gens qui viennent dans ce taudis avec blindés d'affaires toi."

"En parlant de ça, il y a peut-être un détail que j'ai omis de te dire sur ces nouveaux arrivants." Ajouta la blonde en se levant et en se dirigeant vers la porte.

Haussant un sourcil, et sans réellement savoir pourquoi, Nathaniël ne put s'empêcher de se dire que la suite n'allait pas forcément être à son goût. Mais qu'avait-elle pu oublier de grave ? Que leur futurs voisins de pallier se ramenaient avec une batterie et était un groupe d'Heavy Métal ? Si c'était ça, ce ne serait pas forcément grave, les voisins du dessus de sa chambre faisait quand même plus de bruits quand ils se disputaient et se rabibochaient la nuit suivante.

"La jeune fille à qui a été attribué le logement d'à coté bénéficie aussi du programme d'accompagnement des mineurs dont vous bénéficiez toi et Bethany."

Prenant une canette proche et la portant à ses lèvres, Nathaniël répondit en disant :"Et alors ?"

"Il se trouve que son tuteur désigné est Matthews Parks."

L'adolescent recracha et toussa à la déclaration, moment dont Lindsay profita pour sortir et descendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 12/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Camille Serac
Niv 1 : civil
Sam 19 Aoû - 12:52
Citation :
Chère mademoiselle Serac,

En raison de votre nouveau statut et des ressources financières que le service social peut vous fournir, l'administration du Vidar vous a attribué une nouvelle cabine, que vous occuperez en compagnie de votre tuteur provisoire, le Sergent Matthews Parks.

Il s'agit des cabines standards au niveau 1. Vous avez 24h pour faire vos bagages et vos cartons.

Exceptionnellement, un congé de deux jours vous a été attribué pour vous occuper du déménagement.

Nous vous souhaitons bonne chance pour le futur.
Avec notre meilleure considération,

Marguerite Onry

Service Social du Vidar


Camille replia la lettre, avant de se rasseoir lentement sur son canapé.

Elle se sentait hébétée, comme assommée par la nouvelle. Petit à petit, l'horreur l'envahit ; et elle regarda autour d'elle. Ils voulaient qu'elle quitte cette cabine - pas cette cabine : sa maison. Elle avait toujours vécu ici. Toujours. Comment pouvait-on la virer du jour au lendemain, comme ça, en lui laissant seulement vingt-quatre petites heures pour vider les lieux ?!
Eh bien, non ! Non !

D'un geste déterminé, la gamine déchira le papier officiel, avant de le mettre à la poubelle avec un cri de rage. Elle se roula en boule sur le canapé, avec une peluche dans les bras, en essayant de regarder la télé. Quelques heures passa. Un paquet de chips fut terminé, puis la moitié d'un pack de gâteau - le cœur au bord des lèvres, elle finit par s'arrêter de manger, en se sentant aussi vide à l'intérieur que son estomac était plein. Est-ce que le Vidar avait le droit ? Pourquoi, pourquoi on lui faisait ça ? Cela ne suffisait pas, qu'elle ait perdu la seule personne qui pouvait compter réellement à ses yeux ?
Elle sursauta en entendant la porte s'ouvrit sur son "tuteur", qui, après un regard au désordre ambiant, vint s'asseoir avec une étonnante douceur près d'elle.

Échange de regards.

- "Tu as ouvert ton courrier aujourd'hui, Camille ?
- Ouais."

Réponse laconique. L'adolescente gonfla puérilement ses joues, avant d'esquisser une moue fatiguée.

- "Tu peux pas aller leur parler ? C'est chez moi, ici, c'est pas juste ! Ici, c'est chez moi et maman !!
- Je sais, mais c'une affaire de budget, tu vois ? Moi, j'paye ta vie, et l'vaisseau y doit payer le loyer. T'es trop jeune pour avoir un vrai boulot. En plus, c'est sûrement temporaire...
- Tu parles. S'nul. VRAIMENT, ça craint.
- Ouais... mais écoute, j'ai été voir le nouvel appart'. Il est pas si mal, et on transportera la télé. En plus, tu peux continuer à louer ton ordinateur et même ton piano. J'sais qu'c'est important pour toi. Allez, c'est cool, tu vas t'faire des nouveaux amis... chais pas, y'aura juste un peu plus de trajet à faire pour aller en cours."

La silence lui répondit, et le sergent ressentit une bouffée d'agacement, qu'il essaya de tempérer. une gamine des beaux quartiers, elle y connaissait rien à la vie. Ça faisait aussi beaucoup d'informations à digérer ...

- "Ecoute, on va faire les cartons tranquillement aujourd'hui, et exceptionnellement, j't'emmène au restau ce soir. Celui où t'aimait aller le plus. Ça marche, gamine ? Fais pas la gueule, ça chang'ra rien de toute manière.
- ... Ok.
- Super."

Ils avaient passé le reste de la journée à travailler à tout ranger. Le sergent Parks avait même contacté l'assistante sociale d'un petit jeune de son unité qu'il avait dû prendre en charge, un gamin qui avait eu des soucis avec la justice, et à qui la discipline des patrouilles semblait faire du bien. Leur cabine allant être l'une à côté de l'autre, le gradé avait trouvé plus adéquat de passer par les voies officielles pour donner un peu de boulot d'intérêt général à son deuxième protégé.
Autant joindre l'utile à l'utile, non ? Camille pourrait même faire connaissance avec Bethany, la petite sœur de Nathaniel - elles avaient à peu près le même âge, après tout.

Ce fut ainsi que le lendemain matin, lorsque la sécurité arriva avec de quoi transporter les paquets, le sergent se sentait plutôt content de lui. Avoir une piaule aussi bien situé, ce serait bien plus commode pour lui de gérer les deux gosses ; et avec la jolie prime qu'il avait touché en acceptant de vivre en bas avec la petite, il pourrait commencer à économiser un petit complément de retraite. Peinard.

Camille, elle, était dans un tout autre état d'esprit. Avec des yeux un vides, elle assista au déménagement sans trop intervenir, puis en suivant toute l'équipe en croisant les bras, un peu pâle. Elle avait le sentiment que sa vie qui lui semblait si... évidente .... s'envolait en fumée.

Alors, qu'est-ce que ça pouvait faire que deux femmes en tailleur les attende devant sa nouvelle maison, hein ? Les coursives étaient carrément TAGGEES et la population semblait sensiblement différente qu'au troisième niveau ; ajouter à cela qu'elle n'y connaissait personne, et l'adolescente commençait à avoir vraiment peur.
Le changement lui faisait peur, elle n'y pouvait rien !

- "Ah, bonjour, monsieur Parks... Camille .... Je suis Marguerite Onry, et voici ma collègue, Lindsay Mendez."

Qui c'étaient, ces nanas ? Ah, de toute façon on ne s'adressait pas vraiment à elle... Quoi ?! Mais Marguerite Onry, c'était celle qui avait signé sa lettre !

- "Nous vous attendions. Voici la clé de votre nouvelle cabine, et Nathaniel arrive tout de suite pour vous aider. Tiens, et voilà... sa sœur, Bethany. Vous serez voisin, alors je suppose que vous pourrez être copines toutes les deux.
- Peut-être."

Sauf que Bethany, elle avait l'air d'avoir la dizaine d'années. Trop petite pour être son amie, mais bon, la gamine de quatorze ans devrait faire avec. Elle étira un vague sourire, tapota les cheveux de la petite fille, avant de lever les yeux sur un tout jeune homme qui venait de sortir à son tour.
Sans trop réfléchir, la jeune fille vint à sa rencontre et lui tendit la main, comme maman faisait quand elle était avec d'autres adultes.

- "Salut, moi, c'est Camille. Merci d'nous aider pour le déménagement... Toi, c'est Nathaniel, c'est ça ?
- Bon, allez les gosses. On arrête de bavarder et on s'met au travail. On va commencer par la chambre de Camille et l'salon, et ensuite pause jus de fruit pour tout le monde. Allez, au trot, Nathaniel !"

La voix du sergent la fit sursauter, et se frotter la joue en allant chercher un carton.

- "Bon... j'supppose qu'il faut s'y mettre. T'as déjà déménagé, toi ?"

A nouveau, elle offrit au-dit Nathaniel un vague sourire un peu réservé, avant de commencer à se diriger à l'intérieur de sa nouvelle maison....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 17/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniël Wallace
Niv 1 : civil
Sam 19 Aoû - 14:45
Parks. Ce mec était pire qu'une malédiction pour Nathaniël, et ce depuis le jour où le sergent avait coffré le voyou qu'était le jeune. Depuis ce jour-là, ca devait déjà faire un truc comme 3 ans, c'était comme si les deux s'étaient retrouvés lié par une espèce de force invisible que certains appellent "destin". Combien de fois, alors qu'il était un Jackal, Nathaniël s'était frotté à Matthews ? Au moins autant que le nombre de fois où feu les parents Wallace avaient du venir au Poste de la Sécurité récupérer leur délinquant de progéniture.

Finissant de reprendre son souffle, un vague gout de coca dans le nez, Nath se leva de sa chaise et se dirigea vers la porte pour descendre. Lindsay lui avait définitivement joué un vilain tour ce coup-ci. Parce qu'il ne fallait pas lui dire que la blonde n'avait rien à voir la-dedans. Elle et Parks, c'était cul-et-chemise. A croire qu'ils étaient frère et soeur à les voir. Mais non, il ne s'agissait que de vieux amis sur ce fichu vaisseau orbitale.

Sortant du bâtiment, Nathaniël n'accorda même pas un sourire à Mademoiselle Onry -qu'il surnommait la plupart du temps "Onry gole pas"- et qui n'était finalement personne d'autre que la chef de son service et supérieure de sa tutrice. Finalement c'est une autre personne qui lui tendit la main, ce qui n'eut d'autres réactions que de faire se relever un sourcil du jeune homme. Était-elle sérieuse là ?

-"Fais pas attention. Il parait méchant et parfois débile, mais c'est le meilleur grand frère qui existe."

Un rictus amusé se dessina sur les lèvres de Lindsay à cette phrase, sourire qui fut vite interrompu par la voix traditionnelle d'un sergent. Comme à son habitude, Matthews était parfait pour donner des ordres et organiser les choses, et les deux mâles se toisèrent du regard. La bouche de Nathaniël commença à peine à s'ouvrir qu'un regard noir prit possesion du visage de Lindsay. Un regard qui en disait long : même gentille, elle ne tolérerait pas une déviance comportementale de plus aujourd'hui.

-"Bon... j'supppose qu'il faut s'y mettre. T'as déjà déménagé, toi ?"

-"Non. On a toujours vécu ici. Ma maman elle disait qu'il valait mieux vivre confortablement ici que de vivre mal ailleurs."

-"Et elle avait bien raison. Bethany, on va aider aider Camille à s'installer dans sa chambre. Matt, toi et Nath, vous vous occupez du salon. Nath... Nath ! T'es avec nous ?"

Le regard de Nathaniël s'était porté sur des jeunes plus loin. Lorsque Lindsay l'appella, il la regarda et répondit sans trop de convictions :

-"Oui, si tu veux."

[color:fb4f=0099ff]-"Prends le clavier. Ensuite, on s'occupe de la Télé. Et fais gaffe. Si tu l'abimes, tu le regretteras pendant quatre semaines."

Prenant le carton qu'indiquait le sergent, un juron murmuré sortit des lèvres de Nathaniël, qui prenait alors la route d'un escalier.

[color:fb4f=0099ff]-"Vois ça comme un entrainement. Muscu gratos."

-"J't'emmerde, vieux chnok !"

-"Nathaniël Wallace ! Ton langage."

-"Pardon, je voulais dire Mr vieux chnok." termina-t-il en rentrant. Commença alors la longue montée des escaliers, car bien sur, le carton du clavier ne serait pas super bien rentré dans l'ascenseur de l'immeuble, qui était de toute façon déjà utiliser par les deux gamines.

Une fois en haut, et il est probable que Bethany ait eu le temps de faire au moins deux allers-retours, Nathaniël entra dans l'appartement voisin du tien, et chercha où poser l'instrument. Ne sachant pas trop où, il profita de l'arrivée de Camille, ce coup-ci seule, pour demander :

-"Bon alors princesse. Tu le veux où ton clavier ?"

La phrase, dites sur un ton tout ce qu'il y avait de plus classique, ne signifiait qu'une chose : "Je le fous où ton machin ?" S'il était d'accord de dire que cette fille ne lui avait rien fait, l'arrivée de son tuteur avec elle n'était toujours pas du goût de Nathaniël.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 12/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Camille Serac
Niv 1 : civil
Sam 19 Aoû - 17:30
Génial. Elle avait un voisin méchant et débile, même aux dires de sa propre petite soeur. Quoique, si elle avait eu un frère ou une soeur, elle aurait peut-être été agacée - mais bon, fallait dire que la question ne s'était heureusement jamais posé.

Les deux assistantes sociales avaient l'air ravies. Quelle bande de cruches ! Mais encore une fois, les yeux de la jeune restèrent secs, la colère annihilant toute trace de tristesse ou de regrets, et elle assista avec indifférence à l'altercation entre le Sergent DuCon et Nathaniel-l'Emmerdeur. De mieux en mieux, elle avait tout gagné !

D'un pas rapide, sans attendre Bethany ni ladite Lindsay, Camille s'enfonça dans les "profondeurs" de l'appartement.
C'était carrément minable. Exigüe et  un peu sale, nulle plante verte ne venait égayer la pièce salon-salle à manger-cuisine. Un petit couloir permettait d'accéder aux chambres, qui se trouvaient côte à côte, en face d'une petite salle de bain déjà équipée d'un lavabo, de deux placards étroits, d'une douche à ultra-son et de toilette.

Entrant alors dansa chambre, la gamine pinça les lèvres. Plus de chambre rose : c'était un mur nu et blanc qui constituait les quatre côtés de la pièce étroite, dans lequel le bureau et le lit à une place constituait l'unique mobilier, avec un nouveau placard aussi terne qu'il était sale.
Et merde.

La boule dans le ventre, Camille déposa son carton par terre, avant de repartir en chercher un autre. Bethany lui sourit en passant, l'assistante sociale, Lindsay, lui demanda si elle appréciait son nouveau chez-elle - mais la jeune fille secoua la tête. Comment pouvait-on être content d'habiter là ?!

En repassant dans le salon, elle fit un vague signe de tête à Nathaniel, avant de s'affaler sur le canapé.
Et de le dévisager, avec une expression fermée. Non, mais, il se prenait pour qui, celui-là ? Il semblait se moquer d'elle, rien que dans le ton de sa voix. Toute sa colère remonta d'un seul coup, et Camille se redressa d'un bond.

- "C'est mon clavier ! Ca va dans ma chambre, dans ma chambre. C'est mon instrument, faut y faire très, très attention ! D'accord ? J'sais qu'ça t'emmerde qu'on soit voisin, et bien, figures-toi que moi aussi. C'est suffisamment lourd de déménager ici dans ces cabines pourries, pour en plus qu'on s'moque de moi. Alors tu vas t'arrêter tout de suite. C'est compris ?"

Ok. Elle y était allée un peu fort. Mais l'un dans l'autre, c'était le meilleur remède pour que ne pas trop avoir le cafard.

- "Viens, ma chambre, elle est là."

Quelques pas, pour lui montrer la petite pièce où s'entassait désormais trois beaux cartons. Elle gardait la mâchoire crispée, pour se contenir au mieux et essayer - vaguement - de maitriser sa tension interne. Et brusquement, elle se sentait une furieuse envie de retourner chez elle et de faire ses devoirs. Ou de jouer du piano...

- "J'voulais pas être aussi agressive. J'ai dû mal à... je sais pas. Laisse tomber, de toute façon. Alors, comme ça, tu connais le sergent depuis longtemps ?"

Ressortir dehors, dans les coursives, pour y chercher le reste ...? Fallait pas trop déconner. C'était pas elle qui avait demandé à déménager, hein !!
Cependant, elle ne put s'empêcher de sourire, tandis que la petite soeur du gars (dont elle ne savait déjà plus le prénom) réapparue dans la chambre en sautillant, portant d'un petit carton léger avec quelques vêtements, dont son uniforme scolaire. Celle-là, au moins, elle avait de l'optimisme et de la vigueur à revendre, et Camille lui murmura un petit "merci", presque murmuré.

Cette dernière agita sa tête, rigola, rétorquant avec enthousiasme, avant de repartir en courant :

- "C'est génial, les déménagements ! J'ai hâte des jus de fruits !"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 17/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniël Wallace
Niv 1 : civil
Sam 19 Aoû - 23:46
La réaction ne se fit pas attendre de la part de "Princesse", qui sortit de ses gonds sans même que cela ne semble étonnant. Nathaniël n'en broncha d'ailleurs pas, se disant qu'elle avait parfaitement raison : elle n'avait rien à faire là. Ni elle, ni son tuteur. Ce genre de quartier, c'était pas pour les filles qui avaient peur de se casser un ongle. Pour autant, et pensant aux répercussions qu'aurait pu avoir un comportement plus en phase avec ce qu'il avait pu être -et qu'il était d'ailleurs toujours très souvent- il s'efforça de ne rien dire. Même pas le "C'est bon ? T'a fini ? Ca t'a fait du bien ?" qui lui brûlait littéralement les lèvres. Blague à part, ce genre de répondant venait tout de même de monter l'estime qu'il avait pour Camille d'un point.

Entrant dans la chambre, qui méritait sérieusement un coup de décoration et de peinture, il se dirigea vers le fond de la pièce pour y poser provisoirement et "délicatement" le piano. Et c'est alors que la Miss perdit alors son seul point : elle s'excusa. Erreur Fatale dans cette partie du Vidar. Mais avant qu'il ne puisse ajouter quoi que ce soit d'autre, Beth rentra et tendit un nouveau carton à Camille. Si une chose était sûre la concernant, c'était que la rousse l'avait déjà adopté comme nouvelle grande amie, une chose qui fit sourire Nathaniël sans faux-semblant. Sa soeur avait toujours eu ce pouvoir sur lui, de rendre certaines choses plus agréables, plus facile.

Emboîtant le pas à sa sœur, les mains dans les poches, il déclara en passant devant Camille :

-"Ne t'excuses plus jamais de ce que tu ressens, Princesse."

Le ton n'y était toujours pas à l'amitié, mais le but n'était pas non plus d'être agréable et charmant, loin de là. Soudain, une voix tonna d'en bas, propre à une personne que les deux ados avaient en commun.

-"Bon ! Tu te bouges gamin ! J'vais pas monter c'te télé tout seul !"

Et c'est dans une série de jurons que le jeune homme regagna le rez-de-chaussée pour donner un coup de main au sergent Parks. Lindsay à la manœuvre, Parks tirant l'électroménager vers le haut et Nathaniël l'empêchant de dévaler tout l'escalier, l'ascension fut encore plus délicate que pour le piano de la miss, mais pas moins une réussite. S'en suivit toute une série de cartons.

-"Encore ces quelques cartons et ce sera bon. Nath, je peux compter sur toi pour raccorder leurs appareils au réseau de l'immeuble, pendant qu'ils rangent leurs affaire."

-"Si ça peut te faire plaisir."

-"Merci. Oh, et comme le gaz ne leur a pas encore été ouvert, je les ai invité à diner avec nous ce soir. Alors essayes d'être gentils et... Oh tu m'écoutes ?!"

A nouveau, le regard de Nathaniël s'étaient un instant perdu vers une bande de jeunes un peu plus loin, détail qui n'avait pas échappé à sa tutrice la première fois.

-"Qui sont-ils ?"

-"Des blacks falcons."

-"Oh. Les ennemis jurés des Jackals, c'est ça ? Je te rappelle que..."

Prenant l'un des cartons restants, l'adolescent ne laissa pas le temps à Lindsay de terminer sa phrase, qu'il la ponctua en disant sur un ton exprimant son exaspération :

-"Je sais..."

Mais en se retournant, il croisa le regard de son chef d'unité, qui avait visiblement assisté à au moins la fin de la conversation et qui arrêta l'adolescent d'une main sur son épaule.

-"Dis-moi que je n'ai pas de souci à me faire les concernant."

Le ton de Matthews était anormalement plus sérieux qu'à l'accoutumé. Pour autant, dans un pur état d'esprit de défi, Nathaniël dégagea son épaule pour continuer sa tâche, déclamant sur un ton marquant la loyauté qu'il avait pu avoir :"J'appartiens aux Jackals". Il savait ce que cette phrase déclencherait intérieurement chez le sergent, et c'était bien pour ça qu'il venait de la dire. Sans attendre son reste, il gravit les escaliers, déposa le carton qu'il avait et se dirigea vers la chambre de Camille, vide à nouveau de toute présence humaine.

Déballant alors le carton contenant l'ordinateur, il s'allongea sous le bureau et entreprit le câblage promis. Et l'entendant approcher, il déclara :

-"Elle t'apprecie... Bethany..."

Tournant la tête un instant, il la regarda droit dans les yeux.

-"J'en ai rien à foutre que tu sois heureuse ou pas d'être ici. Mais pour elle, t'es déjà son amie. Alors ne la fait pas souffrir."

Sur ces mots, sa tête revint à sa place, se jurant mentalement qu'après l'ordinateur, il monterait cet saloperie de piano qui allait surement à terme lui cassait les oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 12/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Camille Serac
Niv 1 : civil
Dim 20 Aoû - 9:16
Non, mais pour il se prenait, celui-là ? C'est pas parce qu'il semblait quasiment adulte à l'adolescente que ça lui donnait le droit de se montrer à la fois insupportable et condescendant !

Elle le détestait déjà, ce mec ! En plus, Camille n'en avait rien à faire de lui. C'était juste qu'un raté de première, mal fringué, qui se prenait pour le roi de la jungle !
Ainsi, juste avant qu'il ne passe la porte après sa réplique "cinglante" type "j'connais mieux la vie que toi" (ce qui était certainement vrai, mais la jeune fille était bien loin d'en accepter l'idée), la jeune fille n'hésita pas à lui lancer :

- "Parce que tu crois que tes conseils m'intéressent !"

Pfff... encore un crétin de première. Entre lui et le sergent, tiens, elle allait avoir la "belle" vie, ici... Rapidement, elle envoya un SMS collectif à sa bande d'amis, le ponctua d'une dizaine d'émoticônes rageur, puis redescendit pour chercher un nouveau carton, en essayant de se calmer un peu. Elle les observa monter la télé dans les escaliers, puis commença à ouvrir les cartons pour commencer à ranger un peu le salon. Il y avait les livres de médecine de maman, qui lui étaient infiniment précieux - bien qu'ils la mettaient dans un état proche de la fébrilité - et leur collection de vieux DVD du siècle dernier. Ça, c'était maman qui les avait emmené dans le vaisseau, quand elle avait la vingtaine. Ça valait des sous, apparemment, mais la gamine n'avait même pas pensé à les vendre : c'était des souvenirs trop précieux pour en tirer des sous.

D'un pas trainant, elle repartit dans sa chambre. Fallait tout ranger ici aussi - et elle avait besoin d'être seule pour recontacter ses amis du troisième niveau. L'adolescente en avait VRAIMENT besoin, sauf que Nathaniel était déjà dans sa piaule, à raccorder l'ordinateur.

Camille étouffa un soupir. Il était déjà reparti avec ses leçons de morale débiles !

- "Nan, mais franchement, t'as vu où que j'faisais du mal aux petites filles, hein ? N'importe quoi. En plus, elle est chou, ta sœur. Et pour info, j'en ai rien à faire que tu sois mon voisin. T'approches pas d'moi, et ce sera très bien comme ça. Sinon, je te promets qu'il t’arrivera des problèmes !"

Quels genre de problèmes ? La jeune fille n'en savait fichtrement rien, mais elle arriverait bien à pourrir son existence. D'abord.

Dans un geste rageur, elle ouvrit le carton qui contenait ses affaires scolaires et sa tablette, et elle commença à s'attaquer à une démonstration de géométrie, parce que ce genre de choses, ça avait le don de la détendre.

- "Maintenant, tais-toi, j'dois travailler pour l'école."

Mais ça n'était pas fini ; déjà, la petite fille rousse revenait, et s'installait à côté d'elle avec une tendre candeur.
Avec l'enthousiasme qui semblait sa principale caractéristique, cette dernière prit la parole, sans vraiment pouvoir tenir en place.

- "C'est bientôt l'heure des jus de fruits, le sergent et Lindsay ont tout déballés ce qu'il y avait dans la cuisine ! Y'a même des gâteaux .... Tu fais quoi...? On dirait les exercices de mon frère. T'es dans sa classe ?!
- Je sais pas, je l'y ai jamais vu. Je suis en cinquième année d'enseignement secondaire. Et toi ?
- Première année d'enseignement secondaire ! C'est trop génial !"

Elle eut un petit rire. Elle était trop mignonne, cette petite fille !

- "Si tu veux, je pourrais t'aider, si tu as besoin.
- Non, non ! Aide plutôt mon frère. Il a plus le droit d'aller à la vraie école et il galère, tout seul....
- Euh... c'est comme il a envie."

En se mordillant les lèvres, l'adolescente attendit la réaction du grand frère. Ca n'allait sûrement pas lui plaire, ce genre de proposition !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 17/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniël Wallace
Niv 1 : civil
Ven 25 Aoû - 0:07
La bouche de Nathaniël s'ouvrit, mais avant qu'il ne puisse ajouter quoi que ce soit, une autre voix féminine enchaîna en disant :

-"Ce serait une excellente idée."

Refermant la bouche et pivotant sa tête vers Lindsay, c'est un regard noir que lui lança l'adolescent. Fierté, orgueil ou quoi que ce soit d'autre, il n'avait clairement pas envie qu'on l'aide. Jamais on ne lui avait appris ainsi, et jamais il n'entendait devoir demander un coup de main à qui que ce soit. Demander, c'était vraiment vraiment difficile le concernant.

-"Bethany. Je vais avoir besoin que tu m'aides avec le sergent. Nathaniël, tu as bientôt fini ?"

Branchant une prise, l'adolescent répondit :

-"J'ai fini."

-"Parfait. Parce qu'il manque quelques affaires pour pouvoir tenir notre invitation du Sergent Parks et de Camille. Je t'ai fait une liste là-bas."

Sortant de dessous le bureau, remettant l'installation du piano à plus tard, Nathaniël était presque heureux de quitter la chambre de la jeune fille lorsque la suite de la demande tomba, tel une guillotine se rabattant sur une tête.

-"Emmènes Camille avec toi. Matthews souhaite que tu lui montres où se trouve le store."

Regardant à nouveau sa tutrice, Nathaniël se résigna finalement sans rien ajouter, Lindsay souriant à Camille pour inciter la jeune fille à l'accompagner. Prenant la liste, sortant de l'appartement et descendant l'intégralité des escaliers, Nathaniël brisa le silence en demandant :

-"Alors, c'est quoi ton histoire Princesse ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 12/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Camille Serac
Niv 1 : civil
Jeu 31 Aoû - 8:24
L'assistante sociale de Nathaniel surgit dans la chambre à l'improviste, surprenant la jeune fille, qui leva les yeux avec intérêt. Ouais, que l'adulte soit d'accord, ça, c'était normal, tout le monde était d'accord ; mais le plus important restait l'accord de Nathaniel. Il fallait que lui soit motivé pour que ça marche - en tout cas, c'était ce que son professeur avait dit concernant les autres élèves de la classe qui étaient à la traine. Elle n'avait aucune idée de ce que voulait Nathaniel, quant à lui - il faudrait le lui demander.

En tout cas, maintenant, elle avait envie de se reposer. Les émotions l'avaient véritablement submergées, et maintenant, elle ne ressentait qu'un grand vide. Peut-être décorer sa nouvelle chambre pourrait-elle l'aider ? Dans tous les cas, un grand élan de chagrin étreignait sa gorge, et un peu de solitude ne lui ferait pas de mal. Mais Lindsay semblait en avoir décidée autrement, et, sagement, Camille se redressa. L'adolescent semblait encore moins enthousiaste qu'elle, et elle se demanda brièvement jusqu'où devrait aller la corvée.

Sérieusement, elle allait vraiment devoir se taper ce genre de voisin ...? Génial, quoi...

Néanmoins, la demoiselle suivit le jeune homme en baillant, hors de l'appartement. L'escalier était dans un état moyen, mais c'étaient les tags qui la mettaient mal à l'aise. C'était quoi, ça, de l'art post-terre super-moche ?
A nouveau, elle renifla, et jeta un coup d’œil au garçon, qui lui demandait son histoire. Bon, d'accord, il s’immisçait. Mais quitte à faire connaissance...

- "Pfff... mon argent est bloqué sur un compte et je peux rien en faire avant ma majorité, voilà. Parce que ma mère a eu un traumatisme crânien, et puis... comme elle est morte, elle peut plus me faire vivre."

La loose intégrale, par-delà le chagrin.

- "Pas grand-chose à dire, tu vois... Et toi ? Tu viens aussi d'arriver au niveau 1 ? Pourquoi c'est aussi pourri, ici ? Est-ce qu'il y a des salons musicaux aussi, ici ?"

Ils émergeaient enfin dans la coursive principale des habitations, et la gamine s'arrêta en fixant un couple qui se grimpait littéralement dessus. La fille avait une jupe si courte qu'on voyait son string en dessous, et Camille piqua un gros fard. Mais on était où, là ?
Elle jeta un coup d'oeil inquiet à Nathaniel. Elle ne se sentait pas en sécurité, pas en sécurité du tout !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14
Date d'inscription : 17/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Nathaniël Wallace
Niv 1 : civil
Lun 18 Sep - 11:28
-"Désolé pour ta mère..."

Il n'y avait pas vraiment de sentiment ou de réelle compassion dans les paroles, mais elles n'en étaient pas moins sincères. Nathaniël était ainsi, vrai à sa façon mais souvent entier et assumant sa façon de penser, qui parfois pouvait sérieusement choqué. Et bien sur, lorsqu'elle l'interrogea sur son propre passé, il se tût un instant. Devait-il en parler ? Dans quelle mesure ?

-"J'ai toujours vécu ici avec Bethany."

Ses parents avaient jadis fait le choix entre vivre confortablement dans un bloc plus pourri et vivre en ayant difficile de boucler les fins de mois dans un plus aisé. Et pour être capable de rendre heureux leurs enfants, la première solution avait été adopté. Ils pensaient jadis qu'il valait mieux un foyer où l'amour régnait qu'un foyer vide de leur présence.

-"On a en commun les raisons de notre tutelle. On est pas majeurs, et nos parents sont plus là."

C'était suffisant, à son sens, comme explications. Par contre, il plaignait Camille d'être tombé sur Parks.

-"C'est pas pourri. C'est juste pas pour les petites filles..."

Elle l'avait bien chercher celle-là. Et c'est souriant que Nathaniel l'avait sorti. Son quartier n'était pas pourri, juste à l'image des gangs qui l'habitaient. Bon, selon l'adolescent, il l'était peut-être un peu plus depuis que les Black's se faisaient de plus en plus présents. Mais ça, il n'avait pas encore trouvé le moyen de corriger le tir sans rompre le "contrat" qu'il avait passé avec Adenkoth.

-"Y a un truc dans le genre à quelques blocs. Mais franchement, c'est pas un super coin pour une fille de ton genre. Je crois même que si Parks sait que tu te rends la-bas, il t'incendie."

Quelques pas de plus et l'adolescent s'arrêta.

-"Là. C'est la le store. Allez, viens. Je vais te présenter à Mamie Jinta."

Mamie Jinta, ou la gentille vieille dame qui tenait l'échoppe. Et entrant dans l'échoppe, l'accueil dut digne de la réputation de la tenancière.

-"Nathaniël... Comment vas-tu ? Et qui est cette petite avec toi ?"

-"Salut, Jinta. Elle s'appelle Camille. Elle vient d'emménager avec Parks."

Oui, au-delà de ça, il avait retenu le nom de "Princesse".

-"Tu sais me mettre tout ce qui a sur cette liste ?"

La vielle dame regarda la liste, puis acquiesça mais profita de la présence du garçon pour lui demander :

-"Pourrais-tu m'aider ? J'ai reçu une étagère mais à mon âge. Il faudrait la monter contre le mur là-bas."

Regardant Camille, il acquiesça ensuite.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vidar 89-05 :: Archives :: Anciens RP-
Sauter vers: