RSS
RSS


Montez à bord du vaisseau et partez à la recherche d'un nouveau foyer pour l'Humanité.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Deuxieme Niveau :: Espace public :: Private Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Salut, belle inconnue - Cassandre

avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 28/06/2017
Niv 2 : équipe technique
Voir le profil de l'utilisateur




Ira Hraoui
Niv 2 : équipe technique
Mar 11 Juil - 3:47


Quand ton pote te lâche...Une pauvre Ira en manque d'amis
Je suis rentrée du taf' avec Kerwan. On a mangé des pizzas dans ma cabine. On a bu une bière aussi. Bref, on a passé une soirée fidèle à notre quotidien, je n'ai pas besoin de rentrer dans les détails, si ? Les dernières parts de notre dîner finies, on a voulu lancer une partie de Space Goat XIII mais Kerwan a été appelé sur une garde. D'habitude, on se démerde pour être d'astreinte en même temps, mais là, on a eu un couac, passons. Il a disparu hyper vite, ça doit être une sacrée merde qu'il a à gérer. Seule, j'ai voulu trouver un jeu solo pour passer le temps, mais tous mes jeux un joueur sont encore chez Shea et…non, je ne suis pas d'humeur à aller toquer à sa porte et récupérer mes cartons. À la place, je me suis traînée dans la salle de bain, je me suis récurée, sapée et aller, let's go ! À ce moment-là, j'ai ressenti le besoin d'aller découvrir de nouvelles têtes, c'est sûrement le contre-coup d'avoir pensé à mon ex… Passons.

C'est comme ça que je me suis retrouvée là, au Private, avec ce sentiment de déjà-vu. Je finis souvent dans ce bar, en ce moment. Certains trouvent ça préoccupant, pas moi : tout le monde se plaignait quand j'étais en couple que je ne sortais jamais ! Et maintenant, je sors trop ?! Oh, soyez cohérents, merci. Forcément, en soir de semaine, il n'y a pas grand monde. Quelques drogués qui dansent, des piliers au bar. Et moi. Je ne sais pas trop dans quelle catégorie je rentre. J'avance jusqu'au barman pour lui demander un demi de bière et je cale mon derrière sur un tabouret. Je fais face à la piste, tentant de repérer un visage intéressant. En vain. En réaction, je soupire et reporte toute mon attention à ma boisson. Merde. J'aurais dû aller pisser avant. Je suis bonne pour faire cinquante allers-retours aux toilettes en une heure. Tant pis. La bière n'attend pas. J'essaie de la descendre d'une traite, mais un haut-le-cœur me rappelle à l'ordre. Décidément, personne ne veut que je m'amuse ce soir. Je m'étire sur mon siège, attirant certains regards moqueurs. Je m'en contrefous. Mais je sais déjà que la soirée va être longue. Je regarde ma montre, puis mon téléphone. Aucun message de mon collègue. Fait chier. Je prends les devants et lui envoie un simple "bientôt fini, bro ? J'm'ennuie !!!!" Auquel je n'ai pas de réponse immédiate.

Je fais tourner mon tabouret une fois. Deux fois. À la troisième fois, je me stoppe avant d'avoir le tournis et préfère finir mon verre. Vu l'absence totale d'animation digne de ce nom, je songe à rentrer dans ma piaule et avancer sur la réparation de ma Pvy'it, la vieille console cassée qui traîne sur mon bureau depuis plusieurs semaines. Pas spécialement enthousiasme, mais sans meilleur plan, je me lève et je commence à me casser. Sauf que c'est là que mon regard est ENFIN attiré par une personne digne d'intérêt. Sa gueule ne me dit rien, il ne me semble pas l'avoir déjà croisé dans le coin ; c'est encore mieux. J'enfonce mes poings dans les poches de mon pantalon cargo, adopte une expression désintéressé et je vais voir la jolie miss.

- Salut. T'as pas l'air du coin, besoin d'une visite guidée ?

Je lui adresse un clin d'œil taquin. Je ne sais pas trop comment elle l'interprétera, on verra bien.
(a) Moses


J'écris en #AADAE4, si tu en as besoin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 09/07/2017
Niv 3 : équipe recherche
Voir le profil de l'utilisateur




Cassandre E. Eliashin
Niv 3 : équipe recherche
Mer 12 Juil - 1:43


ira ft cassandre


Cassandre trainait dans la serre. C’était presque la fin de la journée. Elle se rendait bien compte qu’elle perdait son souffle peu à peu. Ces recherches n’avaient jamais été quelque chose de très enthousiasmant et elle n’en voyait pas le bout. Elle savait bien qu’elle avait juste fait ça pour son père. De toute façon, qu’est-ce qu’elle aurait fait d’autre ? Il aurait été très en colère, aurait coupé les ponts, sa famille l’aurait haïe et Cassandre était pacifique, elle ne voulait pas ça. Surtout pas ça.
Elle trainait les pieds dans les allées. C’était un endroit magnifique, pour elle c’était, avec le jardin, l’endroit qui ressemblait le plus à la Terre. Elle ne se souvenait plus de la Terre, mais pour elle la Terre, c’était ça. Elle savait que cet endroit n’avait rien de naturel. Des plantes derrière des verres, des rangées d’arbres taillés et alignés sans défaut, des types de plantes les plus rares côtoyant les plantes les plus communes, des atmosphères modifiées individuellement et des systèmes d’irrigations au cas par cas. Aucune mauvaise herbe, aucun mauvais spécimen, tout avait été choisi, tout était maîtrisé, sous contrôle. Ces plantes avaient chacune leur utilité, et aucune ne poussait par hasard. Leurs destins avaient été décidés avant leur naissance.
Elle avait l’impression d’être une plante.

Ce qui frustrait Cassandre c’était son statut de riche sans les avantages. Élevée comme une haut gradée, mais qui vivait dans une cabine standard. Son père était influent, important mais pas spécialement riche. Parfois un peu de mal à boucler les fins de mois, après la disparition de leur mère. Et puis pas non plus le statut social. Elle avait un comportement de fille bien éduquée mais sa famille n’était pas socialement reconnue comme « riche ». Elle vivait toujours entre les deux. Tant socialement que professionnellement. Elle était entre deux classes sociales, entre deux envies, elle hésitait toujours, elle n’arrivait jamais à se fixer, à prendre une décision, et elle restait dans ce demi-bonheur, dans cette frustration permanente de ne rien contrôler de sa vie, d’être la cible des autres et leur pantin.
C’était pour cette raison que ce soir elle n’est pas restée dans sa cabine. Elle est redescendue directement au niveau deux. Là elle s’est perdue un peu, au milieu des files de travailleurs venus souffler un peu après le boulot, ou avant une longue veillée de nuit, venus prendre un repas ou un verre. Elle est rentrée dans un club où elle n’avait jamais osé mettre les pieds, car elle savait qu’elle s’y sentirait mal. Pas à sa place, décalée, incapable de savoir comment se comporter. Mais cela n’avait pas d’importance. Avec un peu d’alcool, un peu de confiance, elle pouvait apprendre à prétendre.

Cassandre s’installa au bar. Elle se sentait décalée, elle ne s’était pas vraiment changée après le boulot. Elle avait juste retiré la veste en soie en partant et se sentait serrée dans sa jupe noire et avait chaud malgré son haut sans manche. Elle regardait tout autour d’elle, sentant poindre des vagues de regrets et de malaise dans sa poitrine. Tout lui paraissait hostile. Le fond ambiant agressait ses oreilles, mais aussi sa peau, son corps qui tremblait. Les gens ici étaient extrêmement différents d’elle et de son éducation bien trop parfaite mais pas assez parfaite pour les hautes sphères.
Elle se dit que c’était le genre de bar que sa mère fréquentait avant son mariage avec son père, sur Terre, et cela lui donna du courage pour commander sa première bière. Elle en bu la moitié, en fermant les yeux, sans s’arrêter. Sa tête tournait déjà.
La dernière fois qu’elle s’était soûlée… Ah, c’était avec ce gars.
En continuant à descendre sa bière elle se souvint d’un coup pourquoi elle avait cessé de boire dans les clubs et les bars à la nuit tombée.

- Salut. T'as pas l'air du coin, besoin d'une visite guidée ?

Une voix la tira de sa concentration profonde sur le liquide doré. Elle mit quelques secondes à prendre conscience de la réalité autour d’elle, et de la provenance de la voix. Elle mit encore quelques autres longues secondes d’hésitation à comprendre son interlocuteur était une femme. Encore quelques autres secondes à trouver une réponse. Toutes ces secondes mises bout à bout devaient faire long au final.

- Euh… bonsoir… euh … visiter quoi ?

Cassandre n’avait pas trop les idées claires, ni la force de trouver une réplique qui la dédouanerait de son étiquette « fille d’en haut » « fillette sage » « fille pas d’ici ». De toute façon, c’était trop tard. Enfin non, elle pouvait encore se rattraper.

- …et vous, vous êtes qui ?

Elle avait tenté d’avoir l’air menaçante, mais la voix qui sortit était surtout un peu pâteuse. Voire mielleuse. En tout cas une voix de grosse dégénérée. Avec un peu de chance, Cassandre ne s’en souviendrait plus demain.


Isalia (c) 16
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 28/06/2017
Niv 2 : équipe technique
Voir le profil de l'utilisateur




Ira Hraoui
Niv 2 : équipe technique
Jeu 13 Juil - 14:06


C'mon girlet arrête de boire.
Wow. Cette fille colle sévère. Vraiment. On dirait moi après cinq verre, trois clopes, un joints et un rail. Mais en pire. Il lui a fallut une dizaine de secondes pour me comprendre. Pourtant, c'était pas si compliquée comme phrase. Un instant, j'ai songé à lui répéter en articulant comme lorsque je m'adresse a un retardé. Mais finalement, la lumière s'alluma au premier étage et ses neurones se mirent en route. Ça avait l'air douloureux. Je la regarde avec un air mi compatissant mi amusée. Je dois même me retenir de rire en l'entendant parler ! On dirait qu'elle va tomber dans les pommes dans les prochaines secondes. Pauvre gosse. On devrait apprendre à boire à l'école, ça éviterait ce genre de situation désagréable. La demoiselle risque un sacré mal de crâne pour demain. Je suis déjà passé par là et je ne peux que compatir à son triste sort. En revanche, si elle pouvait éviter de vomir sur moi, je lui en serais reconnaissante.

- Oublies la visite, on va plutôt te laisser assise, si tu ne vois pas d’inconvénient. Je n'ai pas envie de te traîner aux urgences à cette heure-ci.

Je me moque, je suis une terrible personne. Franchement, c'est vraiment un spectacle top. J'oublie l'idée de la draguer, elle n'est clairement pas en état de donner son consentement. A la place, je me hisse sur un tabouret près d'elle et commande un cocktail bien sucré. C'est pas quelque chose que je bois d'habitude, mais mélanger les alcools forts me permettra de monter plus vite au niveau de la miss. Je m'en voudrais de la laisser seule longtemps.

- Et concernant la deuxième question... Disons que je suis ta partenaire de beuvrie de la soirée.
Santé !


Je lève mon nouveau verre en son honneur et le porte à mes lèvres. Le niveau descend vite et lorsque je le repose enfin sur le comptoir, la moitié du liquide a déjà disparu. A ce rythme, malgré l'énorme pizza dans mon estomac, je devrais commencer à rigoler compulsivement d'ici une demi-heure. Reste à voir si "miss" sera encore vivante à ce moment là ; si elle continue a sombrer si vite, ce n'était pas assuré.
(a) Moses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 09/07/2017
Niv 3 : équipe recherche
Voir le profil de l'utilisateur




Cassandre E. Eliashin
Niv 3 : équipe recherche
Mer 26 Juil - 22:54


ira ft cassandre


Cassandre ne pouvait pas détacher ses yeux de l'inconnue. Elle n'avait pas dit son nom, ou du moins elle ne s’en souvenait plus, mais elle était restée de longues minutes face à elle à la regarder vider son verre avec fascination. Tentant d'imiter la jeune femme en ne comprenant pas trop ce qu'elle faisait, elle leva son verre en même temps en tentant d'être synchronisée. Chose visiblement infaisable, car Cassandre ne manqua pas de se renverser ce qu'il restait de sa bière sur elle.

— … Bah enchantée alors, répondit Cassandre d’une voix qui ne ressemblait pas à sa voix habituelle.

Elle aurait aimé être un peu plus joyeuse après avoir bu, et pas aussi ralentie. Elle se sentait en totale dégénérescence et se faisait pitié à elle-même mais n’arrivait pas à contrôler son état désastreux. Il aurait fallu qu’elle sorte de ce café et aille vaquer à ses occupations habituelles plus saines, mais elle recommanda un verre. Sans trop se poser la question du contenu du cocktail au nom étrange que le barman lui avait proposé, et l'avala d'une traite.
C’était pas très bon.
Mais avec un peu de chance, elle oublierait tout cela. Elle oublierait son propre prénom, son tour dans les bas-fonds du vaisseau, sa tristesse, sa perte progressive de marques et de repères, son errance de plus en plus douloureuse, avilissante, ses souvenirs brefs de la terre, ses regrets, surtout ses regrets, sa demi-vie. Et si ce n’était que pour une soirée, alors demain son mal de tête et ses nausées insupportables viendront lui rappeler qu’elle a oublié. Qu’elle avait tenté d’oublier, de passer à autre chose. Qu’elle avait échoué à changer d’existence. C’était pas un bar, de la mauvaise musique et de l’alcool qui l’aideront à oublier, c’était certain. En revanche, en dépit de la lenteur de son corps et de ses neurones…
Elle avait envie de danser.

— J’ai envie de danser, elle annonça d’une voix calme en regardant sa voisine de table dans les yeux.

Elle agrippa la main de la jeune femme et tenta de se relever d’un seul coup. Elle se prit les pieds dans son tabouret et avec une certaine violence heurta dans sa chute le comptoir. Un peu sonnée, elle tenta de se relever avec plus ou moins de succès et commença à se diriger au centre de la pièce, se mêlant à une foule de gens malodorants.
Cassandre dansait bien, d’habitude. Quand elle chantait, qu’il y avait son meilleur ami avec elle qui dansait avec elle. Là, tout son corps était en pâte à modelée. Ou avec un peu de chance, c’était juste à cause de la musique.
Isalia (c) 16
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 28/06/2017
Niv 2 : équipe technique
Voir le profil de l'utilisateur




Ira Hraoui
Niv 2 : équipe technique
Mer 2 Aoû - 23:17


Huuuuuuuuuje regrette presque de t'avoir parlé.
Merde, je regrette presque de l'encourager dans sa connerie. Je commence à envisager l'option "fuite discrète". Cette meuf va mourir, c'est pas possible. Je le regarde boire avec un air inquiet. Ca y est, j'ai créé un monstre. C'est le cas de la dire. Elle commence à avoir la gueule de travers et des membres en purée. Etonnament, elle reste conscience. Bel exploit. En attendant, cette fille est un spectacle à elle-seule. Elle est vraiment trop influençable s'il suffit que je fasse mine de lever le coude pour boire à son tour. J'ai l'impression d'avoir un super pouvoir et je compte bien en abuser. Je me retourne pour demander un nouveau verre mais j'entends miss parler de danser. Je me retourne subitement, l'air un peu paniquée : si elle se lève, elle va nous faire une crise cardiaque. Ou une combustion spontanée. Y'a tellement de liquide inflammable dans son organisme que ça ne m'étonnerait qu'à moitié.

Malheureusement, j'ai pas le temps de l'ouvrir que déjà miss se lève et m'attire avec elle. Je suis au premier rang pour admirer sa magnifique chute que j'imagine être la première d'une longue série. Je me penche pour l'aider à se relever mais elle s'en est déjà remis et continue son chemin vers le centre de la piste. Ca sent le bain de sang à plein nez, si vous voulez mon avis.

Effectivement, miss est incapable de conserver le peu de dignité qui lui reste. On dirait un tas de spaghetti qu'on secoue. D'abord, j'ai très peu qu'elle se mange le lino une nouvelle fois, du coup j'ose pas m'écarter d'elle. Je reste très proche et ne danse pas, prête à la rattraper si son corps bascule. Étonnamment, elle tient sur ce qui était jadis ses jambes. J'ignore comment, mais là n'est pas la question. Je me détends un peu et commence à mon tour à bouger mon corps au rythme de cet affreux son. La tête me tourne légèrement. Ca ne va pas durer. J'ai bu trop vite, mais pas encore assez. Je m'oublie un peu et commence à pouffer en voyant la jeune fille se dandiner comme un sachet de pommes de terre.

- Hé, tu as dit que tu voulais danser ! Là, tu convulses miss !

Pour l'aider et profiter du moment, je m'approche. Nos jambes se touchent presque. Je met mes mains sur ses hanches et l'aide à faire de joli "huit" avec. Je sens sa peau chaude dans mes paumes mais je me retiens de lui faire du rentre dedans plus agressif : elle est trop bourrée. Le viol, c'est pas tellement mon truc.

- Yeah, comme ça ! Là, tu danses.

Je lui adresse un clin d'oeil d'amusé avant de rigoler franchement. Elle est presque attendrissante, avec l'alcool qui suinte de ses pores. En tout cas, elle se fond dans la masse de loosers défoncés qui nous entoure.
(a) Moses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Date d'inscription : 09/07/2017
Niv 3 : équipe recherche
Voir le profil de l'utilisateur




Cassandre E. Eliashin
Niv 3 : équipe recherche
Mar 22 Aoû - 12:44


ira ft cassandre


L’air ambiant n’est plus qu’un vague brouhaha indescriptible, mêlé à une musique aux notes électroniques difficilement distinguables. À moins que ce soit cette musique, ce vague brouhaha. Les basses sont trop fortes et résonnent dans son petit corps bancal. Elle se sent bousculée de partout, par des corps chauds et collants. Elle n’a plus la force de lutter mais elle continue à se balancer sur un rythme aléatoire. Elle sent des mains retenir sa taille, et elle suit leur mouvement en fermant les yeux, ne sentant plus vraiment ses pieds. Le corps est doux et rassurant. Elle se rend compte que la chaleur d’un corps contre elle lui manque un peu. Que c’était doux d’être collée contre quelqu’un, et se concentrer sur une respiration, un mouvement, un cœur qui bat, d’être juste là avec le temps qui s’était tu. Elle continuait à se balancer de droite à gauche, à tenter de bouger ses petites jambes en essayant de se souvenir comment c’était de danser lorsqu’on était un peu plus sobre, juste assez dans les vapes pour avoir du courage pour danser. Elle se souvenait de l’autre garçon dans ses bras, jamais sobre dans les bars, jamais sobre même pour elle, même pour danser cinq minutes, jamais là pour danser d’ailleurs plus de cinq minutes, jamais là tout court.
Elle se serait écroulée en y songeant à nouveau mais paradoxalement y avait trop d’alcool qui semblait flotter autour d’elle pour cela. Une idée ne restait jamais bien longtemps dans ses pensées. Et c’était super agréable mine de rien, après avoir passé la journée à rester concentrée sur une seule idée, une seule préoccupation.

Elle se dit qu’elle devrait être déchirée plus souvent. On pouvait tout faire passer sur le compte de l’alcool, même des choses dont on était encore un peu conscient. Tous les mots qu’on disait, toutes les envies qui nous saisissaient d’un seul coup étaient autant de choses dont elle n’avait qu’à ne plus se souvenir le lendemain matin. Rien besoin d’assumer. Et Cassandre en avait assez d’assumer toutes sortes de choses.

Elle se raccrocha à tout ce qui lui restait, ces mains sur son corps, et avec un ultime effort posa ses bras sur les épaules auxquelles appartenaient les doigts. La jeune femme dont elle ne connaissait pas le nom avait une certaine carrure, d’ailleurs plutôt rassurante. Cassandre ne savait pas pourquoi cette dernière la supportait encore. Elle releva la tête légèrement en essayant de se maintenir en vie.

— Wow, t’es un meilleur partenaire de danse que mon ex en tout cas !

Cette phrase avait résonné un peu trop clairement. C’était peut-être bien la seule phrase que Cassandre aurait préféré inaudible de sa bouche, mais sa remarque flottait dans l’air. Elle n’eut pas le temps de regretter car elle sentit qu’elle venait de mettre toute son énergie dans ces quelques secondes.
Isalia/cassia (c) 16
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vidar 89-05 :: Deuxieme Niveau :: Espace public :: Private-
Sauter vers: