RSS
RSS


Montez à bord du vaisseau et partez à la recherche d'un nouveau foyer pour l'Humanité.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Troisième Niveau :: Bibliothèque Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Voyage au siècle dernier

avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 16/03/2018
Niv 3 : équipe recherche
Voir le profil de l'utilisateur




Kolin T. Matej
Niv 3 : équipe recherche
Lun 19 Mar - 17:40
La gueule béante du livre s’était close une dizaine de minutes auparavant. Il avait terminé de déverser son histoire sordide et semblait désormais usé, malade : la maladie du livre lu. Les mains religieusement posées sur son ventre, les yeux résolument ouverts sur le plafond, Kolin respirait lentement. Il ne lisait pas beaucoup de fiction, mais Maëlle lui avait prêté celui-là : un roman policier dont l’intrigue poussait au milieu d’un laboratoire d’analyses chimiques. Elle avait du penser que cette ambiance scientifique lui plairait. Non qu’elle ait tort, mais la littérature à sensation lui plaisait rarement. Le livre avait en outre été écrit sur Terre, plusieurs années avant le départ du premier Vidar, et avait quelque chose d’un peu suranné. Tu sais, à sa sortie, c’était un best-seller. Maëlle l’avait affirmé avec conviction devant sa mine dubitative. Si cela pouvait lui faire plaisir, ma foi, il lirait – ce n’était pas le plus difficile. Il allait être autrement plus compliqué de lui annoncer qu’il n’avait guère apprécié sa lecture, et de supporter la déception qu’elle chercherait à masquer en haussant les épaules d’un air détaché en affirmant de sa voix amusée que ce n’est pas un problème, chacun ses goûts mais je suis contente que tu l’aies lu quand même.

Toutefois, quelque chose dans l’ouvrage avait gratté son cerveau et il tentait de retrouver exactement l’élément qui avait provoqué cette démangeaison. Ca avait commencé lorsque Guilhem, le fils du laborantin accusé de négligence criminelle, s’époumonait au tribunal en disant quelque chose comme « Il vous faut un responsable, c’est viscéral, il y a des morts et vous voulez briser une autre vie comme si cela pouvait vous soulager : mais ça ne vous soulagera pas ! Le responsable, c’est l’humanité elle-même, c’est la nature humaine ! Tuez tous les hommes si vous voulez un brin de soulagement ! ». Pour une raison qu’il n’arrivait pas à identifier clairement, cette phrase, au lieu de s’évanouir après quelques pages comme elles le font toutes, s’était installé un campement à l’intérieur de son crâne, et les sardines de sa tente tendaient à l’irriter.

Légèrement agacé, Kolin bascula sur le flanc et se redressa ; il laissa quelques secondes lui glisser dessus en scrutant le mur qui lui faisait face – ou l’air qui encombrait l’espace entre lui et le mur – et posa ses pieds sur le sol frais, pour se lever d’un coup. Sa tête lui tourna légèrement.

Après vingt ans ici, il avait toujours ce réflexe étrange de vouloir enfiler sa veste avant de quitter sa cabine – alors même qu’il avait tendance à chauffer nettement moins sa cabine que ne l’étaient les pièces communes. Dans le couloir, il eut rapidement l’impression de suer – il ralentit sa marche et arriva presque au ralenti à la Bibliothèque. En respirant l’air légèrement frais de la bibliothèque – la température était certainement exigée par la conservation des livres, êtres très curieusement fragiles dans cet univers robustes et aseptisé du Vidar – il se demanda pourquoi, décidément, il ne venait pas ici plus souvent. Il aimait les livres, mais n’avait jamais beaucoup fréquenté les bibliothèques. Elles respiraient pourtant une quiétude incroyable, et relativement unique. Il venait environ une fois par mois. Il empruntait quelques livres, mais consacrait surtout une après-midi à lire sur place.

Marchant à pas très lents entre les rayonnages de la section consacrée à la linguistique et aux études littéraires, Kolin cherchait à retrouver ce qui l’avait guidé juste ici. Il était certain d’avoir eu une intuition et d’être venu chercher quelque chose, mais malgré ses efforts, il ne parvenait pas à identifier ce dont il s’agissait. Il tâcha de rappeler à sa mémoire les pensées qui l’avaient agité juste avant de quitter sa cabine. L’image de Guilhem – dans sa tête, il s’agissait d’un homme blond, pas très grand, avec un visage légèrement enfantin – s’imposa à lui. Incapable de retrouver la pensée exacte qui l’avait conduit ici, il se décida à rejoindre la section Histoire.

Un homme – le bibliothécaire, sans doute – semblait ranger des livres - ou les caresser ?. Hésitant un très bref instant, Kolin finit par s’adresser à lui d’une voix légèrement éraillée par son mutisme prolongé, mais grave et très douce.

« Monsieur ? Puis-je vous demander si vous avez des ouvrages historiques portant sur la période de la fin du XXème siècle au début du XXIème ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 13/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Percival Callaghan
Niv 1 : civil
Mar 27 Mar - 16:48
Walled Gardenft. KolinAll this will be for nothing. We will have been for nothing. Defined by their histories, distorted to fit into their narrative, until all that is left of us are the monsters in the stories they tell their children.
(James Flint – Black Sails)

- Percival !
Volte-face. Absorbé dans sa lecture, le bibliothécaire n’avait pas entendu les pas de sa collègue résonner dans la salle des archives. Il retint un grognement. Se tourna, lentement, vers Anna. Et affronta son regard.
- Oui ?
- Ca fait trois fois que je t’appelle. Tu décroches vraiment jamais ton téléphone hein ?
- Mes excuses. J’étais… plongé dans mes pensées.
Un soupir.
- Comme toujours. Maintenant lâche donc tes précieux et ramène-toi de l’autre côté, c’est la débandade au comptoir et il reste encore des livres à ranger dans ta section.
Percival se retint de rouler des yeux. Avec précaution, il reposa l’ouvrage qu’il avait feuilleté à sa place désignée sur l’une des longues étagères qui marbraient la pièce, épousseta le peu de poussière qui s’était accumulée sur son veston, et emboîta le pas à Anna.
Aussitôt passé les portes de la pièce principale, il se retrouva chargé d’une pile d’ouvrages. Il s’éloigna en grommelant, évitant client après client, ainsi que leurs questions et autres discussions dont il n’avait cure à cet instant. Il fila pour la section Histoire.
Vide. Le vide, entier, empli de silence. Percival laissa ses épaules retomber, prit une grande inspiration. Un fin sourire s’inscrivit sur son visage. Il consulta la couverture du premier livre de sa pile. S’engouffra dans la rangée, approcha l’étagère. Et nicha l’ouvrage au creux de l’infime écart laissé par sa précédente disparition.
Il continua, inlassablement. Il en était au dernier livre, lorsqu’une voix, inconnue, le sortit de nouveau de la transe induite par les mouvements mécaniques de son travail.
- Monsieur ? Puis-je vous demander si vous avez des ouvrages historiques portant sur la période de la fin du XXème siècle au début du XXIème ?
L’homme, d’âge mûr, avait la voix enrouée. Condition que Percival ne connaissait que trop bien. Il paraissait vaguement perdu, au sein de cette immense collection de livres. Son visage était familier, bien que la mémoire du jeune homme ne parvint pas à s’accrocher à une scène ou un évènement marquant le concernant. Percival devait simplement l’avoir croisé au détour d’un couloir.
Il fallut de nombreuses, précieuses secondes pour qu’il se rende compte que le silence traînait en longueur. Percival s’excusa, inclinant légèrement la tête vers l’homme en signe de respect.
- Pourriez-vous être plus précis dans votre recherche ? Nous possédons de très nombreux ouvrages concernant cette période, suffisamment pour combler deux de ces rangées, ainsi qu’un grand nombre de fichiers dématérialisés. Je nécessite plus de détails pour pouvoir correctement vous orienter.
Il reprit sa respiration. Continua :
- De plus, si vous ne savez exactement ce que vous cherchez, n’hésitez pas à consulter le logiciel de la bibliothèque pour vous renseigner sur nos collections. Certains de nos ouvrages ne sont consultables que sur place, pour la plupart dans les archives, et vous ne les trouverez pas sur nos étagères. Si vous avez la moindre question à propos de notre logiciel, un hôte à l’accueil pourra vous renseigner. Une fois votre sélection effectuée, ou votre recherche rétrécie, n’hésitez pas à me solliciter de nouveau.
Percival prit une longue inspiration. Il parlait rarement aussi longtemps, et de tels marathons de mots avaient le don de le mettre mal à l’aise. Il espérait simplement avoir été utile à cet homme.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 16/03/2018
Niv 3 : équipe recherche
Voir le profil de l'utilisateur




Kolin T. Matej
Niv 3 : équipe recherche
Dim 29 Avr - 16:45
[Toutes mes excuses pour l'attente, j'ai laissé glisser le temps et ... ]

Kolin scrutait les étagères que le bibliothécaire lui avait désignées, légèrement interdit. Il ne s’était pas figuré qu’il put y en avoir autant. Il n’avait en tête aucune image pré-conçue de ce à quoi avait pu ressembler le début du siècle dernier ; comme tout un chacun, il avait simplement tendance à imaginer une version arriérée de sa société à lui. Il prit quelques secondes pour réfléchir. La récitation par le bibliothécaire de ce qui ressemblait curieusement à un message pré-enregistré le mis mal à l’aise. Il tâcha de l’ignorer, se demande subrepticement s’il ennuyait le bibliothécaire ; puis décida que c’était son travail, de l’informer, et qu’il n’userait des logiciels que s’il y était forcé.

« Je … Je ne sais pas exactement ce que je cherche. Un état des lieux, une vision générale de l’état de la société ? »

Il se posait lui-même la question à voix haute. Puis, parce qu’il avait un doute :

« Vous travaillez ici depuis longtemps ? »

Lui était venue la certitude que le manque d’assurance du bibliothécaire était imputable à sa nouveauté dans le service. Bien sûr, cela ne le regardait guère, mais il était évident que s’il était nouveau, l’homme ne lui serait pas très utile. Il comptait en effet sur le bibliothécaire pour l’aider à retrouver ce qu’il cherchait, puisque cela lui échappait. Il lui fallait un passionné.

« Je pourrais peut-être commencer par simplement le contexte politique et social ? Cela pourrait me donner une idée générale ? Je vous l’avoue, je ne sais pas comment aborder le sujet. J’ai envie d’en savoir plus, mais cela me paraît bien vaste … »

Il hésita à lui évoquer le roman – mais, incapable d’établir un lien clair entre le roman et sa recherche, il balaya l’idée, sans se rendre compte qu’il faisait en même temps un geste de la main.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 13/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Percival Callaghan
Niv 1 : civil
Mer 16 Mai - 15:36
Walled Gardenft. KolinAll this will be for nothing. We will have been for nothing. Defined by their histories, distorted to fit into their narrative, until all that is left of us are the monsters in the stories they tell their children.
(James Flint – Black Sails)

L'homme en face de lui semblait perdu, le regard dans le vague, quelques centimètres au-dessus de l’épaule de Percival. Sa tête se mouvait comme en réponse à un monologue interne dont Percival ne pouvait deviner la teneur, et il attendit, patiemment, que l’homme ne parle à nouveau, malgré les frissons de malaise lui parcourant l’échine.
Il s’avéra qu’effectivement, le client ne savait trop ce qu’il attendait de sa recherche. Cela soulagea Percival. Il préférait les interactions avec des personnes sans idée préconçue de ce qu’ils souhaitaient, s’ouvrant à diverses possibilités et conseils de lecture, plutôt que se servant du bibliothécaire comme un simple outil qui saurait recracher un nom qu’ils avaient oublié.
La remarque suivante, cependant, le fit tiquer :
- Vous travaillez ici depuis longtemps ?
Ses muscles se bloquèrent. Percival retint une moue renfrognée.
- Je vous prierais de ne pas sous-estimer mes capacités. Je possède dix ans d’expérience, et suis le gérant de cette section, répondit-il, glacial.
Puis, ne se laissant pas le temps de s’indisposer d’avantage, et préférant revenir sur un terrain moins précaire, il se pencha sur la recherche de l’homme, prenant sa demande en compte.
Il pointa du doigt l’étagère en bout de rangée.
- Nous possédons des manuels scolaires, qui recèlent de résumés des évènements majeurs du siècle dernier. Le style ne fait pas leur richesse, mais ils apportent, comme vous le souhaitez, une vue globale de cette période.
Puis, enchaînant, il désigna une autre section, remplie de livres de toutes tailles et toutes couleurs.
- Vous trouverez aussi des traités par divers auteurs, plus ou moins célèbres, et plus ou moins compliqués, notamment sur les contextes géopolitiques rapidement changeants de cette période, ou des analyses philosophiques et sociales. Certains sont indigestes, mais d’autres étonnements intéressants.
Enfin, d’un dernier mouvement, il engloba une partie de la bibliothèque plus loin que celle dans laquelle il se trouvait.
- Enfin, si vous préférez des styles moins soporifiques et n’avez rien contre certaines manipulations factuelles, vous pourrez trouver votre bonheur parmi les centaines de romans contemporains que nous possédons. Il s’agit moins de ma spécialité, mais je connais quelques ouvrages qui pourraient sans doute correspondre à votre recherche, ou vous orienter vers l’un de mes collègues ayant meilleure autorité quant au sujet.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vidar 89-05 :: Troisième Niveau :: Bibliothèque-
Sauter vers: