RSS
RSS


Montez à bord du vaisseau et partez à la recherche d'un nouveau foyer pour l'Humanité.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Troisième Niveau :: Bibliothèque Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Étude comparative

avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 06/08/2017
Niv 3 : équipe recherche
Voir le profil de l'utilisateur




Eve Wellington
Niv 3 : équipe recherche
Ven 29 Déc - 14:38
Une bonne semaine après les événements du 20e anniversaire, Eve avait pris le chemin de la bibliothèque pour s'enquérir de l'état de son camarade d'infortune. Ce n'était pas vraiment dans ses habitudes de se soucier du commun des mortels mais quelque chose la poussait dernièrement à plus de curiosité envers les autres. Et puis, un bibliothécaire, c'était intéressant, non ? Ça devait être quelqu'un qui savait réfléchir, quelqu'un qui avait lu, quelqu'un de cultivé. Non que ce soit une condition sine qua non à son intérêt, mais ça le qualifiait dans sa catégorie de sujets d'étude.

Pour l'occasion, elle s'était habillée plus simplement d'un pantalon droit et d'un chemisier en soie crème. Ses cheveux étaient relevés et ses chaussures plates. Amoureuse de vieux films, elle prenait souvent exemple sur la grande Katherine Hepburn dont l'élégance la ravissait. Sa pommette s'ornait toujours d'un trait brun là où elle avait été coupée par du verre au cours de la cérémonie du Vidar mais elle n'avait pas pris la peine de tenter quoi que ce soit pour le dissimuler. Qu'ils assument donc, comme elle.

Arrivée à la bibliothèque, elle demanda Percival Callaghan mais on lui indiqua qu'il n'arriverait qu'un peu plus tard. Patiente en ce jour destiné à ne faire que ce qu'elle voulait, elle prit place dans un confortable fauteuil de cuir et déplia une vieille édition d'un journal terrestre pour s'y plonger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 13/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Percival Callaghan
Niv 1 : civil
Sam 30 Déc - 17:26
Walled Gardenft. EveAll this will be for nothing. We will have been for nothing. Defined by their histories, distorted to fit into their narrative, until all that is left of us are the monsters in the stories they tell their children.
(James Flint – Black Sails)

Percival passa le seuil de la bibliothèque avec exactement une minute d’avance. L’entrée du personnel était bouchée en cette heure de rotation, et il insulta plusieurs fois mentalement ses collègues malappris qui ne cessaient de se bousculer, une moue peu avenante au visage. Quand enfin, il put respirer, il s’en fut pour son comptoir.
Il fut alpagué avant d’avoir pu le rejoindre.
- Alors, Crow, les flics t’ont enfin lâché ?
Percival roula des yeux. Il ce serait agit de toute autre personne, elle aurait sûrement écopé d’une sèche remontrance et d’un regard furieux. Mais Anna détenait une place à part parmi tous ses collègues. Ainsi, il ne se contenta que de la fixer, les bras croisés, les lèvres pincées.
- Ca va, je plaisante.
Une accolade, rapide. Crow se força à ne pas se tendre.
- Je suis contente de voir que tu vas bien.
Ses épaules se relâchèrent. Percival laissa échapper un sourire en coin.
- Ainsi, je t’aurai manqué ?
- Pft, si peu, ironisa Anna, se dirigeant vers son propre poste, Percival quelques pas derrière elle.
Alors qu’ils étaient presque arrivés, elle se retourna vers lui.
- Ha, au fait, y a une nana ultra propre sur elle qui veut te voir. Je crois qu’elle attend dans un des espaces de lecture.
Percival haussa un sourcil.
- Cette demoiselle aurait-elle un nom ?
- Je lui ai pas demandé, Anna haussa les épaules. Elle a les cheveux châtains, des yeux de biche, des fringues de riche, et une coupure sur la pommette ?
La description était hasardeuse, mais Percival n’eut aucun mal à s’imaginer la jeune femme. Ses yeux s’écarquillèrent. Il tourna les talons, direction les salons de lecture. Anna le rattrapa au collier avant qu’il ait pu faire deux pas, un air réprobateur au visage. Il la fusilla, cette fois, du regard, réaplanissant le col qu’elle venait de froisser.
- Tu as des retours à faire.
- Mais… protesta-t-il. Peut-être est-ce important. Cette dame pourrait avoir besoin spécifiquement de mon expertise.
Anna éclata de rire. Percival se renfrogna.
- Ca fait vingt minutes qu’elle attend, elle attendra bien dix de plus. Maintenant au boulot, chaque minute que tu perds en ne faisant pas ces retours, c’est une minute d’attente de plus pour elle pour ton « expertise ».
Anna avait prononcé les derniers mots en effectuant des guillemets avec ses doigts. La tête haute, Percival passa à grandes enjambées à côté d’elle, et ne l’attendit pas pour regagner leurs bureaux.
Jamais encore il n’avait scanné et classé des livres et documents aussi vite. Cinq minutes plus tard, et sa part du travail était faite. Ce fut avec un grand sourire narquois qu’il passa le bureau d’Anna, envahit par les clients désireux d’emprunter. Droit pour le salon le plus proche. Cette fois, personne ne le stoppa.
La confirmation de son instinct lui fut donnée en la présence d’Eve Wellington, patientant avec un journal dans l’un des sièges, visiblement concentrée. Percival la rejoignit. Lorsqu’elle releva les yeux du papier, il la salua d’un hochement de tête. Hésita sur un baise-main, puis décida contre.
- Mademoiselle Wellington. Que me vaut le plaisir de votre visite ?
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 06/08/2017
Niv 3 : équipe recherche
Voir le profil de l'utilisateur




Eve Wellington
Niv 3 : équipe recherche
Sam 30 Déc - 19:08
Sentant un regard sur elle, après que quelqu'un s'était arrêté juste devant son fauteuil, Eve leva les yeux de son journal et découvrit celui qu'elle était venue voir. Un large sourire se dessinant sur ses lèvres, elle replia son journal et décroisa les jambes pour se lever.

- Je vous en prie, appelez-moi Eve.

Elle tendit la main et serra la sienne fermement quand il la saisit. Elle ne la relâcha pas immédiatement mais prit le temps de savourer le contact chaleureux de ses doigts entre les siens. Ils s'étaient à peine parlés et pourtant, elle se sentait un peu complice, un peu amie, comme si l'épreuve de l'arrestation avait aboli certaines barrières. Il fallait bien avouer qu'elle ne se faisait pas arrêter tous les jours. Cette fois là avait même été la première.

- Je suis venue prendre de vos nouvelles, j'étais inquiète compte tenu de la manière dont ils vous ont traité. Vous vous sentez mieux ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 13/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Percival Callaghan
Niv 1 : civil
Mar 2 Jan - 18:47
Walled Gardenft. EveAll this will be for nothing. We will have been for nothing. Defined by their histories, distorted to fit into their narrative, until all that is left of us are the monsters in the stories they tell their children.
(James Flint – Black Sails)

- Je vous en prie, appelez-moi Eve.
Eve. Percival fit plusieurs fois tourner le prénom dans son esprit. Il lui semblait étrange de s’adresser de façon aussi informelle à un magnat de l’industrie du Vidar. Comme franchir un fossé. Toutefois, il hocha la tête, et pris la main que la jeune femme lui tendit, la serrant avec distraction. Il ne lui échappa pas, cependant, que le contact dura plus que strictement nécessaire. Perplexe, et légèrement embarrassé, il détourna le regard un instant, laissant son masque d’indifférence usuel de fondre sur son visage. Puis, il se tourna de nouveau vers la jeune femme, attendant de savoir ce qu’elle faisait ici.
- Je suis venue prendre de vos nouvelles, j'étais inquiète compte tenu de la manière dont ils vous ont traité. Vous vous sentez mieux ?
Percival écarquilla les yeux. Se força, rapidement, à retrouver un rythme cardiaque normal et une expression neutre. Il n’était pas usité à tant de compassion, ou même à de l’inquiétude. Et décidément pas de la part d’une inconnue, ou presque. Ainsi, la sollicitude d’Eve le prit par surprise, déstabilisante tout autant qu’agréable.
- Oui, merci, répondit-il.
Un silence. Percival s’aperçut que sa réponse avait sans doute été bien trop laconique, et prit un instant pour rassembler ses idées en quelques phrases cohérentes, et qui ne le feraient pas passer pour un attardé profond incapable de tenir une conversation.
- Je n’ai finalement pas eu besoin d’aller à l’hôpital, mais les services de sécurité ont tout de même décidé de m’incarcérer plusieurs jours. Bien sûr, le bougre d’abruti auquel j’ai flanqué une raclée n’a pas désiré porter plainte, heureusement pour moi.
Il venait de jurer. Les quelques autres personnes présentent autour d’eux dans le salon se tournèrent dans sa direction. Son regard croisa celui d’Eve, et, ennuyé de sa propre bêtise, il enchaîna aussitôt, secouant la tête en un geste dépréciatif.
- Veuillez excuser mon langage. J’accuse encore le coup. Enfin, plutôt les coups, ri-t-il doucereusement. Je viens tout juste de reprendre le travail, d’ailleurs. Mon employeur m’avait autorisé quelques jours d’arrêt.
Mal à l’aise, le regard de Percival se portait tantôt sur le visage d’Eve, tantôt sur ses vêtements, tantôt sur la bibliothèque autour d’eux. Il s’était tant défait de toute interaction humaine, la plupart ayant jusque-là été aversives, qu’il ne savait plus que faire exactement pour s’entretenir avec quelqu’un, quand bien même la compagnie ne lui était, pour une fois, pas déplaisante.
Espérant détourner la conversation de son propre cas, Percival s’enquit alors :
- Qu'en est-il de vous ? J’espère que vous n’avez pas trop été malmenée par cet agent.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 06/08/2017
Niv 3 : équipe recherche
Voir le profil de l'utilisateur




Eve Wellington
Niv 3 : équipe recherche
Dim 7 Jan - 9:29
Visiblement, elle l'avait surpris, et pas qu'un peu. Il était même... Embarrassé ? Oui, c'est ça, il paraissait gêné. Seigneur, qu'avait-elle encore bien pu faire de mal ? Plus elle s'intéressait aux êtres humains, plus elle les trouvait éminemment compliqués. Elle n'en montra rien cependant et se contenta de rester souriante, neutre, chaleureuse et attentive. Sans trop en faire puisqu'apparemment il lui manquait une information dans ce domaine. Elle ne put s'empêcher de lever les sourcils devant sa réponse détaillée, cependant. Plusieurs jours ? Elle les aurait tous écorchés vifs pour un affront pareil, mais elle reconnaissait ne pas être d'une patience exemplaire quand il s'agissait des autorités locales. Elle n'eut le temps de rien dire toutefois qu'il s'excusait pour ses propos vaguement grossiers. Souriante, Eve secoua la tête et fit un petit geste vague de la main balayant ce qui n'avait pas de réelle importance à ses yeux. En réalité, elle était plutôt amusée de son indignation et des regards agacés des gens autour d'eux. Pour une femme à la vie et à l'image aussi policées, l'irrévérence était fascinante et jubilatoire.

- La sécurité a été en dessous de tout à la cérémonie, mais je ne m'attendais pas à ce qu'ils vous gardent plusieurs jours pour une simple bagarre au milieu de ce chaos.

Que savait-elle vraiment des usages du monde en dehors de sa vie parfaitement maîtrisée et organisée d'héritière richissime ? Que savait-elle de la manière dont le reste du monde - enfin, du Vidar - était traité et traitait les autres ? Pas grand chose, semblait-il. L'injustice de sa propre arrestation l'avait profondément choquée. Ceux qui prétendaient régenter le Vidar sous des prétextes sécuritaires - qu'elle pouvait fort bien comprendre, au demeurant - n'avaient d'autre autorité que celle qui la leur avait été accordée. Les abus comme ceux dont elle avait été témoin à la cérémonie révélaient une violence à laquelle elle n'était pas accoutumée. Et que dire de cette promiscuité ? Des libertés que les gens prenaient pour vous toucher, vous malmener ? Elle en avait eu horreur.

- Vous venez juste de revenir au travail ? Je vous dérange sans aucun doute, j'en suis désolée.

Il ne lui était pas venu à l'esprit qu'elle pouvait se montrer importune, à vrai dire. Elle jeta un coup d'oeil autour d'eux et réalisa que les gens ne semblaient pas très heureux de les voir discuter là, au milieu du salon de lecture. Bien sûr, c'était une bibliothèque, lieu silencieux par excellence. On n'était pas sensé venir y faire la conversation avec un quasi-inconnu. Une main légère sur le bras du jeune homme, elle l'entraina à l'écart des fauteuils avec un sourire plus complice.

- Désolée, chuchota-t-elle.

Il était clair qu'elle n'était absolument pas désolée de déranger les pauvres lecteurs qui n'avaient d'autre défaut que de ne pas appartenir à son monde. Répondant enfin à sa question, elle porta les doigts à sa pommette et frôla la cicatrice brune qui la barrait.

- Juste cette coupure et quelques ecchymoses aux poignets. Ils m'ont relâchée dès le lendemain.

Évidemment puisqu'elle n'avait rien fait d'autre que se trouver là et boire un verre ! C'était en tentant d'échapper à la horde de prolétaires enragés qu'elle avait été blessée, de même que son frère. Teddy n'aurait pas aimé la savoir ici, se dit-elle soudain. Il se serait sûrement moqué d'elle, allez savoir pourquoi. Revenue à Percival, elle souriait toujours quand elle enchaîna.

- Je ne veux pas vous déranger en plein travail, je suis navrée de m'être imposée ainsi. Peut-être pouvons-nous nous voir à un autre moment ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 13/08/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Percival Callaghan
Niv 1 : civil
Ven 12 Jan - 15:34
Walled Gardenft. EveAll this will be for nothing. We will have been for nothing. Defined by their histories, distorted to fit into their narrative, until all that is left of us are the monsters in the stories they tell their children.
(James Flint – Black Sails)

- La sécurité a été en dessous de tout à la cérémonie, mais je ne m'attendais pas à ce qu'ils vous gardent plusieurs jours pour une simple bagarre au milieu de ce chaos.
Percival non plus, à vrai dire. Il avait été on ne peut plus surpris d’être arrêté, puis emmené de froce au poste et incarcéré pendant plusieurs jours. Il avait certes usé de ses poings, mais il n’avait fait que rendre les coups à un homme qui s’en prenait à un inconnu déjà proche du K.O. Il s’était senti légitime dans son intervention. Se sentait toujours en son droit, encore aujourd’hui.
Il n’était pas, cependant, étonné que l’on s’en soit pris à lui. Il fallait des coupables, pour tenter de remettre un semblant d’ordre, et il était bien plus facile de s’en prendre à Percival, qui n’aurait jamais osé s’en prendre à un agent de sécurité, qu’à l’un des fumiers qui avait mis la salle de réception à sac. Et il n’était de toute façon généralement pas facile de faire la distinction entre victime et bourreau, en ce genre de situation. Ainsi, il s’en était accommodé.
Eve regarda plusieurs fois autour d’eux, sondant les personnes peu amènes qui jugeaient leur petite conversation. Elle s’excusa, de le déranger d’abord. Puis, soudainement, elle l’attrapa par le bras, le guidant à l’écart de la salle de lecture. Percival retint un geste de recul mal avisé en réaction, se concentrant plutôt sur le sourire de la jeune femme, essayant de réciproquer pour cacher son malaise face à un contact si direct et si soudain. Puis, elle relâcha Percival, et s’excusa une seconde fois. Il se détendit aussitôt. Secoua légèrement la tête, pour lui faire comprendre qu’il n’y avait pas le moindre mal.
Elle pointa alors un doigt à sa joue, et les yeux de Percival vinrent se poser sur la cicatrice qui y trônait, et sur laquelle il avait essayé plusieurs fois de ne pas se focaliser. Une colère sourde vint siphonner ses veines à la vue d’une telle marque sur le visage de porcelaine de la jeune femme. S’il comprenait qu’on l’ait arrêté lui, il ne supportait pas la violence gratuite, d’autant plus envers une personne on ne peut plus innocente. C’était d’ailleurs cette conviction qui avait résulté en son incarcération le soir de la fête. Il détourna le regard, essayant de ne pas chercher à compter les ecchymoses qu’il pouvait deviner sur la peau d’Eve.
- Je ne veux pas vous déranger en plein travail, je suis navrée de m'être imposée ainsi. Peut-être pouvons-nous nous voir à un autre moment ?
Là encore, la proposition le surpris. Cette fois, cependant, il parvint à orner ses lèvres d’un sourire, suffisamment rapidement pour que l’émotion ne transparaisse pas sur son visage. Il réfléchit. Un instant. Puis deux. L’idée de revoir Eve, et peut-être d’apprendre à la connaître un peu plus, ne lui était pas fondamentalement désagréable. Au contraire, elle semblait faire naître dans sa poitrine une pointe de chaleur. Il prit sa décision.
- Ce serait avec plaisir.
Il fit une pause. Puis rouvrit la bouche, à court de paroles mais sûr qu’il trouverait, pour une fois, de quoi meubler la conversation, quand il aperçut du coin de l’œil la silhouette peu imposante d’Anna, agitant ses bras en tout sens au-dessus de sa tête dans la direction de Percival. Il n put retenir une grimace.
- Il va effectivement falloir que je vous abandonne. Navré de devoir couper court à la conversation.
Fouaillant dans sa poche, il en sorti son fidèle stylo. Il hésita. Haussa les épaules. Puis se saisit de la main de la jeune femme, essayant de se montrer aussi délicat que possible, et se mit à inscrire lettres et chiffres sur la paume de celle-ci :
- Voici mon numéro de téléphone, ainsi que mon adresse e-mail.
Il releva à nouveau la tête. Anna était toujours assise derrière son bureau, mais l’expression de panique sur son visage s’était encore d’avantage intensifiée.
- Navré de vous fausser compagnie ainsi. Ce fut un plaisir de vous revoir… Eve.
La sonorité sur ses lèvres lui semblait étrange. Elle fit cependant naître un sourire au coin de celles-ci.
- En vous souhaitant une agréable journée.
Et sur ce, il tourna les talons, volant au secours de sa collègue et de la file de lecteurs qui grouillait devant son bureau, un mince sourire aux lèvres.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vidar 89-05 :: Troisième Niveau :: Bibliothèque-
Sauter vers: