RSS
RSS


Montez à bord du vaisseau et partez à la recherche d'un nouveau foyer pour l'Humanité.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Troisième Niveau :: Espace public :: L'Etoile filante Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le dernier verre avant la guerre. Allen & Eve

avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 28/07/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Allen Burton
Niv 1 : civil
Mar 24 Oct - 13:45
The Last Drink Before War

Eve & Allen
L'insomnie. Vilaine petite bête qui m'étreint et règne sur mon être quand tout mon corps ignore si on est le jour ou la nuit. Dans cette boite de conserve, je perds mes repères. Tu pourrais me dire qu'au bout de vingt ans, j'aurais du m'y habituer un peu. Et crois moi, j'aimerais te répondre que rien n'y fait que je m'habitue pas que tout va mal dans ma vie. Mais c'est pas vraiment le cas. Je m'impose l'insomnie pour m'imaginer que ça va mal. J'ai passé la moitié de ma vie ici, à rien foutre. À me reposer sur mes gloires passées en buvant de l'alcool, en fumant des clopes. J'suis un putain de génie quand j'y pense. Le parasite ultime du Vidar. Glorieux branleur dans le vide interstellaire. Mais dans le fond, je crois pas que ce que n'importe qui peut faire ai réellement de l'importance. Bref, je fais de l'insomnie. Et cette nuit, comme beaucoup d'autre, j’essaye d'écrire. J'ai ouvert mon carnet et j'ai mis le mode écriture manuelle parce que j'aime bien ça. J'ai tapé une phrase. J'ai allumé une cigarette. J'me suis rendu compte que j'avais pas de sujet. J'ai fini ma cigarette. Alors j'en ai allumé une autre. J'me suis tenu au courant des actualités récentes. J'ai raté une petite sauterie pour les vingt ans du paquebot. J'ai allumé une clope. J'ai vérifié le compteur de visite de mon blog. J'étais à cinq visites depuis hier. Il y a beau plus rien avoir sur cette merde, les gens y passent toujours histoire de se donner des frissons. J'ai écrasé ma clope dans le cendrier avant de prendre sa petite sœur. J'ai réessayé d'écrire. J'ai pété un plomb. J'ai attrapé une bouteille d'alcool et j'ai sifflé un premier verre comme de l'eau. Ma clope était finie alors j'ai enchaîné. J'ai fini par m'assoupir deux heures et puis j'suis sorti me réapprovisionner en cigarettes. J'me suis battu avec un gars mais je sais plus vraiment pourquoi. Quand j'suis rentré, j'avais le nez ouvert. Cassé trois fois depuis cinq ans, il a fini par pencher vers la droite. Ca me donne un style, j'imagine. J'ai vérifié mes mails et j'suis repassé sur cette invitation qui clignote depuis une semaine dans ma boite de messagerie. J'avais pas envie d'y aller. J'ai rouvert ma page de la veille. Et j'ai soupiré en fumant. Mon cendrier était plein. Je l'ai vidé, mais pas nettoyé, j'aime imaginer que des cadavres de clopes restent dans le fond pour toujours. Quand je le regarde, je me dis qu'à la base il était blanc. Ca me plaît. J'ai passé ma journée à boire, à fumer, à ruminer. En somme, une bonne journée. L'invitation cligonait toujours, ca m'as agacé, j'étais un peu bourré. J'ai décidé d'y aller. J'ai pris une douche pour la forme. J'ai fumé une nouvelle cigarette. J'ai essayé de me trouver des affaires plutôt clean à porter. Crois-moi, j'en ai chié. J'étais à deux doigts de sortir acheter une chemise avant de tomber sur la tenue que je fini toujours par choisir pour ce genre de truc. Pantalon cintré, chemise blanche. Et un long manteau style vingt-deuxièmes siècles. Rétro, mais pas démodé. J'ai allumé une cigarette et j'me suis mis en route, direction le niveau trois.

Tu sais, j'suis mal à l'aise dans ce genre de soirées, c'est pas mon style, trop clinquant. Trop de lumière. Trop de gamins, gosses de riche qui dilapident la fortune de papa pour frimer. Vous prenez l'air d'avoir du standing, de paraître calme de rire en mettant la main devant la bouche. Vous avez des jolies formes, et vous vous tenez bien droits. Vous vous observez pas parce que vous savez que vous êtes beaux. Mais pour la personnalité, on repasse. Ca me plaît pas, pas que vous aillez pas de personnalité hein, après tout ça vous regarde. Mais tout lisse comme ça, ça me plaît pas. Pourtant ça devrait c'est votre genre de gens qui traînent les plus grosses casseroles. J'suis arrivé à l'entrée de L'étoile Filante, le bar ou avait lieu ta petite sauterie. Le videur m'a regardé comme si je sortais d'un cimetière. Je peux pas lui en vouloir, moi, mon mètre quatre-vingt-dix et pas assez de kilos pour ça, ma barbe naissante qui envahit mon visage comme de la mauvaise herbe, mes yeux injectés de sang et mes joues creusées par mon manque d'alimentation correcte ont fait pas bonne impression. Sans parler de mon haleine qui refoule le cendrier de la veille. J'ai tendu mon invitation et on m'a laissé entrer. J'ai lu sur son visage qu'il savait que c'était une mauvaise idée. Il a lu sur le mien que j'étais au courant. J'ai passé l'épaisse porte qui délimite l'entrée du club et j'me suis retrouvé parmi les loups. Ont m'as regardé, je le sais. J'suis connu après tout. Allen Burton, le journaliste déchu, belle légende. J'ai pris un grand bol d'air de riche. J'ai allumé une cigarette. L'hystérie collective, la décadence d'une jeunesse qui s'ennuie. Et moi là-dedans, j'suis le dindon de la farce. J'fais rire les gosses de riches et les putes de luxe. C'est pas la gloire, mais c'est toujours un statut comme un autre. Tu comprends, j'suis mainstream. Crois-moi, si tu penses que j'suis content d'être sur cette boite de conserve plutôt que dans les vastes étendues polluées de mon monde natal tu te colles le doigt dans l'oeil. Moi j'aimais bien l'athmosphère surchargée en co2 qu'on avaient avec brio imposé à notre planète en se moquant de toutes les répercutions écologiques. Enfin, pour les fils à papa présent, ici, la plus part ne connaissent pas la Terre ou bien pas comme moi, je l'ai connu. Le rêve Terrien dans toute sa splendeur. Pas une thune et pourtant voilà Allen Burton à une soirée mondaine et avec une invitation officielle, s'il vous plaît. Ces gens invitent vraiment n'importe qui. Tu sais, j'suis sur que quelqu'un quelque part doit chier dans son froc à l'idée que j'foute n'importe quoi à cette soirée. Désolé garçon, j'ai une réputation à t'nir.

Sérieusement, Dans ton joli monde t'ignore ce dont les gens comme nous - les prolétaires, le bas peuple, les sans l'sous - ont besoin. Moi, j'ai besoin d'alcool. J'ai approché du bar, clope en main. J'ai fait un geste au barman et j'ai demandé une vodka. Il m'as servis ça dans un joli verre, p'tite déco sur le côté un truc standing j'ai trouvé ça ridicule et je l'ai avalé d'une traite. Le gars m'a regardé comme si j'avais fait blasphème au joli petit truc qu'il m'avait sorti. J'en ai commandé un autre, et j'ai eu droit au verre sans les fioritures. Tu sais, j'm'envoie une bouteille par jour quand j'suis pas au mieux de ma forme alors moi, mes problèmes d'alcoolisme et ton joli petit bar .... je sens qu'on va être amis.

J'ai jeté un coup d'œil circulaire et j'me suis posé cette question que j'aurais peut-être dû me poser bien plus tôt. Bordel de merde mais qu'est ce que j'fous la ?



[ Voilà, j’espère que ça va te plaire. J'suis pas super doué pour les débuts de Rp et ça fait longtemps que j'ai pas Rp avec Allen donc j'ai pas encore repris tout à fait la main avec lui ! ]  
©️ ASHLING POUR EPICODE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 06/08/2017
Niv 3 : équipe recherche
Voir le profil de l'utilisateur




Eve Wellington
Niv 3 : équipe recherche
Mar 24 Oct - 23:42
Eve soupira discrètement alors que son cavalier prenait sa veste pour la confier au vestiaire avant de la guider à l'intérieur. Pourquoi diable s'était-elle laissée convaincre de venir à cette fichue soirée ? Teddy ne viendrait pas et son cavalier, un dandy affreusement prétentieux, ne l'enchantait vraiment pas. Non seulement il écoutait bien trop le son de sa propre voix, mais de plus il était porté sur la bouteille et s'humiliait régulièrement sur la piste de danse ou au bas de quelque blonde abominablement vulgaire. Dieu merci, une table était réservée à son nom dans la seconde salle et elle pourrait y passer le temps avec quelques coupes de champagne en souriant aux photographes le temps qu'il soit suffisamment tard pour partir sans éveiller les soupçons.

Elle profita de ce qu'Ollie - le dandy prétentieux, donc - passait commande au bar pour faire un détour par les toilettes des dames. Heureusement, le lieu était correctement conçu et d'un luxe affiché sans être tapageur. Elle y vérifia la bonne tenue du rouge écarlate dont elle avait peint ses lèvres et qui ressortait à la perfection au-dessus de sa tenue d'une discrétion exemplaire : une robe parfaitement coupé - c'était pour ça qu'elle y mettait le prix, bon sang - élégante et sexy sans être trop voyante et d'un bleu marine profond. Oui décidément, elle était particulièrement satisfaite de son image, ce soir. À coup sûr, il y aurait quelques journalistes et photographes à cette soirée et, une fois son image de marque soignée auprès d'eux, elle pourrait s'éclipser avec la satisfaction du devoir accompli.

Alors qu'elle rejoignait Ollie au bar, elle vit celui-ci disparaître en riant au bras d'une quelconque pute qui le tractait vers la piste de danse sans la plus petite once de dignité. Seigneur... Rien ne lui serait donc épargné. Blasée mais décidément flegmatique et digne, elle fit un léger signe au serveur afin qu'il aille déposer à sa table le seau à champagne et les coupes. Pour être honnête, elle se serait bien volontiers envoyé un grand scotch, mais ça ne se faisait pas, n'est-ce pas ? Au lieu de ça, elle se fit servir une coupe de champagne qui la mettrait en jambes pour la soirée sans lui tourner la tête.. En se tournant vers la piste pour observer les danseurs d'un oeil morne, elle découvrit juste à côté d'elle un visage familier. Ou du moins pas inconnu. il lui fallut quelques instants pour le remettre, puis le jour se fit dans son esprit : Allen Burton, le journaliste. Enfin, si on pouvait toujours l'appeler ainsi étant donné sa productivité de ces vingt dernière années.

- Je vois que ce genre de soirée vous amuse au moins autant que moi, fit-elle d'un ton amusé à son adresse sans quitter la foule des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 28/07/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Allen Burton
Niv 1 : civil
Mer 25 Oct - 11:36
The Last Drink Before War

Eve & Allen
     J'ai les yeux qui me piquent. Les néons s'enfoncent dans ma rétine et se répercutent dans mon cerveau dans une douleur fulgurante. Ou bien peut être que c'est l'alcool qui parle. Allen Burton versus la Vodka on est à six – zéro. Très honnêtement, j'ai jamais vraiment compris cette mode des lumières néons. Plus t'as de la thune et plus ca tire vers le bleu, plus le coin pues, plus c'est rouge. Moi, je trouve ça drôle. Genre quand t'as un statut social, tu obtiens une couleur. Bref, les lumières trop vives et moi on est pas copains. En plus, la musique est à chier. Pourtant devant mes yeux maltraités, la foule danse comme si c'était le dernier jour de sa vie. Vous savez rien du dernier jour d'une vie. J'ai allumé une nouvelle cigarette parce que la première s'était consumée trop vite. Je vais pas te mentir, les gens autour sont pas jouasse que je clope comme un damné dans un lieux public, mais qu'est ce qu'ils peuvent y faire ? Moi je vais pas arrêter et la plupart de tes amis trouvent ça tellement anticonformiste ce que je fais qu'ils me regardent avec une admiration stupide. Tu sais, dans le fond, les gens sont cons. Enfin, c'est là que tu entres en jeu. T'es rentrée dans la boite, robe bleu nuit sur les hanches. À dire vrai, pour ta presque trentaine, t'es plutôt pas mal comme fille. J'suis trop vieux pour draguer certes, mais pas trop vieux encore pour apprécier un joli paysage. Et puis, entre nous, je drague pas. Il y a un conte comme ça ou quand la jeune et pieuse fille ouvre la bouche, des perles et de l'or en sortent. Moi quand j'ouvre la bouche, on y trouve que de la merde et une vieille odeur de clope. J'inspire. Mes poumons se remplissent de fumée, je la sens parcourir ma trachée et se poser doucement sur mon palais alors que tu me passes devant direction le petit coin. Ton cavalier a des allures de flambeur. Finalement, t'es peut-être un peu discrète pour lui ce soir. Mais va pas croire que ça m'abuse. Je suis et je serais toujours journaliste, l'image de marque, je sais ce que ca représente pour une entreprise comme la tienne. D'ailleurs, mon statut, semble trop souvent échapper aux gens dans ton genre. Vous avez tout un tas de petits secrets et vous ne faites même plus attention à moi. Ah… Il y a vingt ans, vous auriez chié dans vos frocs de me savoir à une de vos soirées.

À peine t'as tourné le dos que ton dandy s'est amouraché d'une petite pétasse qui passait par là. J'ai vu ton verre passer du barman, au bar, au dandy pour finir dans les doigts de ta remplaçante. Tu peux pas vraiment lui en vouloir, faut dire qu'elle à deux arguments très persuasifs pour elle. Et moi j'me demande comment font les femmes pour porter des seins aussi gros sans se casser la gueule en avant. La gravité ça existe non ? Visiblement …. pas vraiment.... Quand t'es sortie des toilettes, j'ai vu sur ton visage passer une demi seconde une impression de colère ou de désarrois. Je sais pas vraiment. Enfin, tu sais, c'est peut-être l'alcool qui parle là. J'ai remis mes yeux sur la foule et t'es venue t’asseoir pas loin de moi comme si c'était une putain de coïncidence. J'ai tiré sur ma clope. J'ai repris une vodka. Chouette, je paye pas. Très honnêtement, j'ai manqué de m'étouffer quand tu m'as adressé la parole. La Princesse qui parle au prolétaire, on dirait un mauvais film. J'ai tourné les yeux vers toi quelques secondes, tu me regardais pas. Alors j'ai fait pareil et j'ai cherché quelque chose de pas trop con à dire. Il paraît que la première impression est primordiale alors voilà… Au meilleur de ma forme, je le jure.

" - La Miss Wellington en personne qui s’ennuierait ? J'ai du mal à le croire."


Ca devrait pas t'étonner que je sache qui tu es. Ça devrais presque te surprendre que je sois plutôt courtois. J'ai ma réputation. Et je sais exactement que toi aussi, tu as la tienne.  
©️ ASHLING POUR EPICODE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 06/08/2017
Niv 3 : équipe recherche
Voir le profil de l'utilisateur




Eve Wellington
Niv 3 : équipe recherche
Mer 25 Oct - 19:44
Un souffle amusé s'échappa des lèvres d'Eve juste avant qu'elle reprenne une petite gorgée de champagne. Correct mais sans plus. Elle tourna la tête vers son interlocuteur cette fois et le dévisagea quelques instants avant de rétorquer avec la même légèreté, le même ton teinté de sarcasme mais sans méchanceté.

- En revanche, Allen Burton qui s'ennuie, ça ne devrait pas m'étonner, n'est-ce pas ?

Un partout, la balle au centre. Reposant sa coupe, elle sortit de sa pochette un délicat étui à cigarette et s'en alluma une avec un plaisir manifeste. Bien que leur statut social ne soit pas le même, Mr Burton, comme elle-même, avaient un statut mondain suffisamment élevé pour qu'on ne vienne pas leur reprocher de fumer dans des lieux inappropriés. Délicieux. Finalement, la soirée ne s'annonçait pas si mal : elle avait de quoi boire et fumer, et un nouveau cavalier suffisamment courtois pour ne pas la quitter au profit de la première pouffe venue. Elle trempa à nouveau ses lèvres dans le champagne et s'adossa plus confortablement.

- Vous n'êtes pas du genre à fréquenter une soirée comme celle-là, pleine de gens que vous méprisez. Qu'est-ce qui vous amène parmi nous ?

Là encore, il n'y avait nulle mesquinerie, juste une saine curiosité. Allen Burton avait beau être une petite célébrité sur le Vidar, il n'en vivait pas moins comme un ermite, et pas au sens philosophique du terme. Son mépris des gens aisés et à la vie facile était peint sur son visage et dans chaque mot qu'il avait écrit au cours de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 28/07/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Allen Burton
Niv 1 : civil
Lun 6 Nov - 13:52
The Last Drink Before War

Eve & Allen
   J'ai levé les yeux vers les gens qui dansaient et j'me suis dit qu'ils avaient l'air cons. Qui aimerais pas être à leur place la maintenant ? Le monde entier existe plus et ils dansent sur une piste illuminée ignorant les conseils pourtant avisés de médecins qui leur déconseillent l’activité physique trop intense après une liposuccion. Je t'ai pas répondu, j'ai souri en ta direction parce que j'allais dire un truc con et qu'j'voulais faire bonne impression encore quelques minutes. Tu penses que j'ai pas d'confiance en moi hein ? Non, ce sont des conneries, j'ai pas confiance en rien, c'est ma nuance, c'est mon fardeau. Quand on s'fait enculer comme j'me suis fait enculer tu sais, on apprend de ses erreurs. Et puis après tout j'en dis toujours plus avec les yeux qu'avec cette saloperie de bouche. J'ai regardé ta cigarette rougir sous ton charme. Je l'ai vue soulever une volute de fumée alors que tu aspirais sa sensualité la plus infecte. J'ai regardé tes lèvres mordre doucement le filtre pour s'approprier un peu plus sa direction. Et tu sais quoi, j'ai aimé te voir devenir l'être totalitaire de cet objet sans vie. C'est mon coté observateur. Tu sais, je vais te dire un truc, parfois j'ai l'impression de regarder des détails de l'histoire, de ne jamais en voir le contenu global mais d'en saisir une infime volupté qui me fascine. La fumée s'élevait lentement vers le plafond et tes yeux balayaient à leurs tours la scène simulacre qu'on avait sous les yeux. L'opaque couverture qui s'est échappée de ta cigarette passa juste devant tes cils parfaitement peints pour l'occasion et j'ai trouvé une fois de plus que tu avais du charme. 

- Je passe le temps Miss. Et je dois rectifier une chose, je suis toujours entouré de gens que je méprise.

Pas très classe Allen. J'ai passé ma main dans ma barbe naissante. Il faut que je la coupe. Je sais. J'ai tiré une nouvelle cigarette de mon paquet et je l'ai allumée. J'ai tiré dessus et ses caprices ont cédé sous mon souffle. J'ai posé les yeux sur toi parce que tu semblais encore disposée à partager avec moi un instant insignifiant. 

- J'aurais du mal à croire qu'un Wellington s'inquiète de ce qu'j'pourrais dire. Alors j'imagine que je suis pas le seul qui n'avait rien de mieux à faire ce soir. . .

J'ai laissé ma question en suspend. Après tout, qu'est ce que j'm'en tape ? Easy Allen, ici, ou dans ta chambre à picoler, qu'est ce que ça change après tout ? J'ai commandé une nouvelle vodka.  
©️ ASHLING POUR EPICODE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 06/08/2017
Niv 3 : équipe recherche
Voir le profil de l'utilisateur




Eve Wellington
Niv 3 : équipe recherche
Dim 12 Nov - 14:03
En fait, Eve avait mieux à faire. Elle avait toujours mieux à faire. Mais pour que sa couverture tienne, elle devait se plier à certaines obligations. Se montrer dans des soirées insipides au bras de divers jeunes gens arrogants issus des meilleures familles en faisait partie. Quelle héritière écervelée ne rêverait pas de passer ses soirées à se trémousser dans un lieu huppé avec ses semblables ?

- Sans doute
, approuva-t-elle donc avec un hochement de tête.

Pour le public, Eve Wellington n'avait effectivement rien de mieux à faire que de parader avec une coupe de champagne. Elle n'avait aucune raison valable de détromper le monde sur ce point. En revanche, il y avait une chose qu'elle pouvait dire sans crainte à Allen Burton. Une chose qu'il aurait du savoir mais en laquelle il ne croyait visiblement pas.

- Je ne m'inquiète pas de ce que vous pouvez dire. Quoi que ce soit, j'en ai entendu d'autres et de bien pires. En revanche, nous nous inquiétons tous de ce que vous pourriez écrire.

Elle reprit une gorgée de champagne et finit tranquillement sa cigarette avant de tourner la tête pour le regarder bien en face.

- Si tant est que vous vous remettiez à écrire, naturellement.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vidar 89-05 :: Troisième Niveau :: Espace public :: L'Etoile filante-
Sauter vers: