RSS
RSS


Montez à bord du vaisseau et partez à la recherche d'un nouveau foyer pour l'Humanité.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Premier Niveau :: Espace public :: Spa Freyja Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les bulles se font bien à deux

avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 2 : équipe technique
Voir le profil de l'utilisateur




Freyja Ivergøsen
Niv 2 : équipe technique
Mar 17 Oct - 20:58

ft. Freyja Ivergøsen

ft. Arnhem

「Bulles à deux」
Je n'arrive pas à croire à quel point je me sens libre depuis que j'ai emménagé avec Ira. Plus d'horaires à respecter, plus de couvre feu, plus de questions chiantes en rentrant. Je peux sortir autant que je veux, et avec qui je veux. Le bonheur à l'état pur. Et c'est comme ça que je me retrouve ce soir avec Jendy devant le SPA qui porte mon nom. D'ordinaire, ça me fait vraiment chier, cette similitude, mais ce soir je suis trop heureuse d'y aller pour me montrer grognon.
A côté de moi, Jendy se déshabille sans pudeur - on se connait trop pour ça - et enfile un très joli maillot de bain qui la met en valeur. Ma meilleure amie est une femme magnifique qui mérite de trouver quelqu'un qui l'apprécie à sa juste valeur. (Non, je suis pas du tout protectrice, c'pas vrai.) Je l'imite à mon tour puis nous nous avançons dans le couloir pour gagner le bassin à remous qu'on aime autant l'une que l'autre.

- Wouah, ça fait du bien !

Le sourire extatique de Jendy me fait rire alors que je descend dans l'eau à ses côtés. C'est vrai que c'est un endroit particulièrement agréable et je ne regrette jamais d'y venir. Nous ne sommes pas les seules mais le bassin est assez grand pour préserver l'intimité des baigneurs, hommes ou femmes.

- J'avoue ! Je pourrais venir ici chaque jour de ma vie...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Arnhem Montfort
Niv 1 : civil
Jeu 28 Déc - 19:40
Arnhem avait eu une dure journée. Ce n'était pas habituel, mais là, c'était clair, cette journée n'était pas à ranger parmi les meilleures passées à bord du Vidar. Il avait réussi à se disputer avec trois personnes dans la même journée. C'était un fait étonnant pour lui qui d'ordinaire savait garder son calme en toutes circonstances. D'abord, il y avait eu son ex-femme, Emily, qui une nouvelle fois avait déçu Serah, en la laissant en plan après lui avoir promis une sortie. Puis il y avait eu Serah elle-même, lorsqu'il avait pris sa défense. Qu'est-ce qui lui avait pris ? La jeune ado, loin d'apprécier que son père fasse un procès à son ex-femme, l'avait envoyé paître. Une fois encore, il s'était dit qu'il ne comprenait pas sa fille. Enfin, il y avait eu un serveur au Dinner, qui avait multiplié les bourdes dignes d'un débutant. Passablement énervé, Arnhem avait préféré quitter le restaurant un peu plus tôt, pour s'offrir un peu de temps à lui. C'était la meilleure chose à faire quant tout l'énervait. Après un message envoyé à sa fille pour lui dire qu'il voulait être un peu tranquille, il arriva au spa, avec la ferme intention de se détendre.

Il était déjà dans le bassin à remous depuis dix minutes, avec deux autres personnes. Yeux fermés et en bonne voie pour faire redescendre la pression, il entendit deux nouvelles arrivantes. Ramené à la réalité par un éclat de rire plutôt charmant, Arnhem ouvrit un œil curieux. Il vit alors deux ravissantes créatures se glisser dans l'eau en manifestant tout haut leur bonheur de goûter à la tranquillité de l'endroit et au pouvoir apaisant de l'eau chaude. Les deux femmes, manifestement amies, avaient pris place sur la largeur du bassin, juste à côté de l'escalier. Arnhem était assis sur l'autre largeur. Il releva la tête, chercha à tâtons sa serviette sur le bord du bassin pour essuyer la transpiration sur son visage. Au passage, il observa les deux jeunes femmes, l'air de rien. Puis il retourna à sa méditation, qu'il espérait bientôt libératrice. Tandis qu'il ferma les yeux de nouveau, basculant la tête en arrière pour soulager ses cervicales, il s'efforçait de faire la part des choses à propos de cette sale journée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 2 : équipe technique
Voir le profil de l'utilisateur




Freyja Ivergøsen
Niv 2 : équipe technique
Sam 30 Déc - 23:22

ft. Freyja Ivergøsen

ft. Arnhem

「Bulles à deux」
Tout en écoutant Jendy me raconter sa journée à voix basse - j'aime vraiment cette capacité qu'elle a de parler toujours à la bonne hauteur, jamais trop fort, jamais trop bas - je promène un regard paresseux sur les gens avec qui nous partageons le bassin. Il y a un couple, un peu plus loin, tendrement enlacé et qui se susurre des mots doux. Et puis il y a un homme juste en face de nous, qui semble être la proie de pensées désagréables. Un court instant, son regard croise le mien et je me dis que, peut-être, nous pouvons faire quelque chose pour lui. Je dois être dans un bon jour...

- Jendy...?

Elle cesse aussitôt de parler pour m'adresser un regard interrogateur. Je lui souris puis je désigne le plus discrètement possible l'homme en question. Bien sûr, comme elle n'est pas ma meilleure amie pour rien, elle comprend immédiatement ce que j'ai en tête.

- On dirait qu'il a passé une sacrée journée de merde, je commente. Et cette triste mauvaise humeur nuit à ma relaxation.

Cette blague la fait pouffer et je souris légèrement, plutôt fière de moi. Je suis véritablement d'excellente humeur, presque sur un petit nuage. Et j'ai envie de communiquer ça autour de moi, à commencer par ce bonhomme là. Alors je me lève, quittant à regret le délicieux banc à remous, et Jendy me suit tout de suite après. En essayant de ne pas avoir l'air louche, j'avance dans l'eau tiède sans cesser de plaisanter à voix basse avec ma meilleure amie. Le but c'est d'égayer le type, d'alléger la tension qui crispe ses épaules à la peau mate, pas de donner l'impression qu'on veut faire des trucs sales avec lui ou je ne sais quoi. Nous ne sommes pas ce genre de nana. Alors c'est avec le plus de grâce possible dans tous ces remous que je m'approche de lui, et je lui adresse un sourire poli.

- Je vous demande pardon d'envahir ainsi votre espace vital, mais vous nous sembliez triste et seul alors nous nous demandions si vous aviez envie de discuter un peu... Je m'appelle Freyja et voici ma meilleure amie, Jendy. Est-ce que nous pouvons nous asseoir à vos côtés ? Les remous ont l'air d'y être meilleurs qu'à l'autre bout... j'ajoute en plaisantant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Arnhem Montfort
Niv 1 : civil
Mer 3 Jan - 22:49
Arnhem, les yeux toujours fermés, se laissait bercer par les remous du bain chaud et le bruit commun de la discussion des deux jeunes femmes en face de lui. Les jeunes femmes qui semblaient occupées à plaisanter (il ne percevait cependant pas bien ce qu'elles disaient) distrayait agréablement ses oreilles. Il était question pour lui d'essayer de perdre la notion du temps et d'oublier les éclats de voix. Ils préférait entendre des rires et des plaisanteries que des cris ou des reproches, comme cela avait été le cas plusieurs fois aujourd'hui. Progressivement, les voix se rapprochèrent de lui. Il ouvrit un œil : les deux jeunes femmes se suivaient dans le bassin et avançaient vers lui. Il resta silencieux et attendit, se demandant bien ce qu'elles pouvaient lui vouloir. La première des deux jeunes femmes - une jolie brune - s'avança en souriant. Il eut bientôt sa réponse. Ah, quand même ! se dit-il en entendant la demande de la demoiselle. Sa mauvaise humeur se voyait apparemment d'un bout à l'autre du bassin. Et là, il ne savait pas encore vraiment s'il voulait partager les raisons de son irritation avec deux inconnues. Pour autant, il ne voulait pas non plus jouer à l'ours des cavernes et les renvoyer à l'autre bout du bassin. Indécis, il se borna à lâcher un long soupir, et aussitôt mesura la portée peut-être néfaste de sa réponse muette.

- Je vous en prie, asseyez-vous. Peut-être qu'un peu de compagnie...


Il laissa sa phrase en suspens, par paresse. Cela pouvait peut-être paraître impoli, mais il ne s'en rendit pas compte. Et ce n'était pas son intention, au fond. Il réalisa au bout d'un temps qu'il ne s'était pas présenté, alors qu'elles n'avaient pas manqué de politesse en l'abordant. Il répara alors son erreur.

- Je m'appelle Arnhem, dit-il en se redressant et en posant sa serviette au niveau de sa nuque. Je ne pensais pas que ma mauvaise humeur était arrivée jusqu'à vous. Je dois vraiment avoir une sale tête, alors.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 2 : équipe technique
Voir le profil de l'utilisateur




Freyja Ivergøsen
Niv 2 : équipe technique
Ven 5 Jan - 13:04

ft. Freyja Ivergøsen

ft. Arnhem

「Bulles à deux」
Effectivement, le bonhomme - Arnhem - a l'air d'humeur plus que maussade, mais aussi un peu fatigué. Quelque part, je m'en veux un peu de m'incruster dans son espace vital, mais j'ai envie de voir si je peux faire quelque chose pour lui changer les idées. Toujours sans la moindre arrière pensée bien évidemment. Assise suffisamment près de lui pour lui parler sans avoir à crier, mais aussi suffisamment loin pour ne pas le frôler dans mes mouvements, je cherche un peu mes mots.

- On peut dire ça, oui... je lui réponds finalement avec sincérité, ne voyant pas l'intérêt de mentir. A vous voir on dirait que vous hésitez entre être en colère, triste ou un mélange des deux. Vous avez passé une mauvaise journée ?

Ce n'est pas la question la plus intelligente qui soit, mais je ne sais pas trop comment aborder la conversation sous un autre angle. Je me fais l'effet d'être maladroite, mais bon. Qui ne tente rien n'a rien. En tout cas, je pense que le SPA ne peut que lui faire du bien.

- Dans tous les cas, que j'ajoute après réflexion et avec un demi sourire, si jamais vous avez besoin d'aide pour régler un problème de façon... définitive et cacher un corps juste après, je peux sans doute vous aider.

Bon, j'espère qu'il ne va pas prendre la plaisanterie au premier degré, je ne suis pas du genre à tuer des gens et à cacher les corps. Vraiment pas. Je ne suis même pas sûre que je parviendrais à rester cohérente face à un cadavre, alors le tuer moi même... Et puis, comment planquer un macchabée dans un vaisseau spatial ? Enfin, apparemment y a des gens qu'ont réussi à s'y cacher, alors ça doit pas être si compliqué que ça. Mais bon, là n'est pas vraiment le sujet. J'essaie juste d'égayer Monsieur Arnhem malheureux comme les pierres. Si je ne vais pas tuer quelqu'un, par contre je peux le faire parler en partant du principe que se plaindre fait toujours du bien. Comme retirer le pus d'une plaie, même si cette comparaison est vraiment, vraiment dégueu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Arnhem Montfort
Niv 1 : civil
Sam 13 Jan - 22:29
Il hésitait effectivement entre la colère et la tristesse. Surtout au sujet des deux femmes qui faisaient tout le sel de sa vie. Le serveur au Dinner, c'était finalement assez anecdotique. Il n'aurait aucun mal à oublier dès demain qu'il avait renversé deux plateaux et éconduit un client, bien qu'il se demandait comment cela était possible d'être aussi maladroit. Non, c'était bien Serah et son ex-femme Emily qui occupaient son esprit. Comme toujours. Il avait beau essayer, il ne comprenait pas l'attitude d'Emily. Pourquoi être aussi distante, donner autant l'impression de négliger sa fille ? Pourquoi lui laisser miroiter des sorties entre mère et fille pour se décommander au dernier moment ? Dans ces conditions, est-ce que couper les ponts définitivement ne serait pas moins douloureux pour la gamine ? Arnhem regretta d'avoir eu cette pensée, mais c'était plus fort que lui. Encore une fois, il avait réagi de manière impulsive. Il avait cassé du sucre sur le dos de son ex-femme devant sa fille. L'adolescente n'avait pas apprécié, et au lieu du réconfort qu'il croyait lui apporter, il avait reçu des reproches. Lui ! Lui qui était présent pour elle quand Emily ne l'était pas !

Allait-il déballer tout cela à deux inconnues dans un spa ? Sans doute pas. Il avait peut-être besoin de parler un peu, mais comment tourner les choses au mieux ? Alors qu'il cherchait quoi dire, son trouble dut se remarquer, car la jeune femme nommée Freyja tenta de le dérider. Ah, cette plaisanterie eut l'effet adéquat. Immédiatement, il sourit. Et se retrouva même à rire, aussi étrange que cela lui parut. Il entendit son rire comme si c'était celui d'un autre.
- Ah, ah, non. Je n'irais pas jusque là, non. Mon ex-femme est une personne difficile à comprendre, mais je ne lui en veux pas à ce point-là...
Voilà, Freyja avait fait ce qu'il fallait pour qu'il lâche le morceau.
- Quoique... Vous proposez quoi comme manière de m'en débarrasser ?

Il se surprit à plaisanter aussi vite avec les deux jeunes femmes. En vérité, il était bien sombre. Mais après tout, il était venu chercher ici un peu de détente. Dédramatiser la situation, comme il finissait toujours par le faire. Si ce soir cela passait par des plaisanteries échangées dans un bain à remous, alors soit. Il rentrerait un peu plus tard et expliquerait à Serah un peu plus calmement qu'il désapprouvait l'attitude de sa mère. L'adolescente aurait elle aussi un peu réfléchi, et entendrait raisonnablement les excuses de son père.
- Je ne voudrais pas vous ennuyer avec mes histoires, mais... oui. Mauvaise journée... Mon ex-femme n'est pas assez présente pour notre fille. Et elle l'a encore déçue aujourd'hui en lui promettant des trucs, comme elle le fait à chaque fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 2 : équipe technique
Voir le profil de l'utilisateur




Freyja Ivergøsen
Niv 2 : équipe technique
Mar 16 Jan - 19:50

ft. Freyja Ivergøsen

ft. Arnhem

「Bulles à deux」
Bien, je suis contente de voir que ma plaisanterie à l'humour douteux a réussi à dérider un peu le visage fermé qui nous fait face. En tout cas, ça a aussi le mérite de le pousser à expliquer la raison pour laquelle il est si maussade. Je ne cherche pas à tout savoir sur lui mais si jamais parler peut lui faire du bien, et ben soit, je peux l'écouter après tout. Sauf s'il a commis un crime innommable... En parlant de crime, le voilà qui rebondit sur ma blague en me demandant si j'ai une solution efficace pour le débarrasser de son ex-femme. Eh bien, s'il le prend comme ça... Je sens le petit sourire qui se pose de lui même sur mes lèvres et je m'installe contre le bord du bassin comme si j'étais une dangereuse criminelle m'apprêtant à délivrer l'un de mes plus noirs secrets à l'homme immergé près de moi.

- Oh mais je connais plein de manières de se débarrasser de quelqu'un...

Je chuchote en bougeant les sourcils de façon tellement exagérée que c'en est ridicule.

- Vous savez, il y a plus d'une coursives qui sont désertes... Et je ne parle pas des puits inutilisés dans les compartiments machines. Quant aux sas de décompressions qui donnent sur l'extérieur et qui ne sont utilisés que pour des missions de réparation locales... très efficace, très discret, parfait pour se débarrasser d'un objet compromettant ou d'un cadavre. Et sinon, classique mais redoutablement efficace, le recycleur de déchets.  

Mon sourire fait toute la largeur de ma bouche à présent et je lui adresse un clin d'oeil, fière d'avoir trouvé toutes ces conneries inutiles. En tout cas, il a l'air d'avoir été vraiment déçu par son ex-femme. Je ne sais pas trop quoi lui dire de sérieux, mais j'essaie quand même.

- Je n'ai pas beaucoup de connaissance dans ce domaine, je dis avec une certaine lenteur, mais je pense comprendre. Enfin, je veux dire... je ne suis pas mariée, je ne suis même plus en couple parce que ça s'est très mal terminée avec ma copine, en revanche je comprends à quel point quelqu'un peut nous décevoir lorsqu'on attend beaucoup de sa part. Et ça doit être d'autant plus fort qu'il y a votre fille en plus dans l'équation. Est-ce qu'elle le fait exprès ? Ou est-ce que c'est sans le vouloir ?

Certes c'est pas la façon de faire la plus délicate du monde mais bon, je fais ce que je peux, hein.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Arnhem Montfort
Niv 1 : civil
Dim 28 Jan - 0:21
Arnhem commençait à voir à peu près à qui il avait affaire : Freyja était pour sûr une demoiselle spontanée qui ne s'embarrassait pas de trop de barrières sociales. Quand il avait renchéri sur sa blague à propos des manières de se débarrasser d'un corps, elle ne s'était pas démontée. Avec des airs secrets qui lui firent penser qu'elle avait un goût certain pour la comédie, elle lui avait parlé de solutions plutôt radicales dans des endroits du vaisseau qu'il ne soupçonnait même pas. Elle devait faire partie de l'entretien du vaisseau. Mécanicienne, ou ingénieure, peut-être ? En tout cas, il grimaça lorsqu'il entendit l'idée du recycleur de déchets. Il voyait déjà Emily hurler sur un tapis roulant partant en direction d'un compacteur géant. L'image le fit sourire, mais en vérité, c'était vraiment horrible. Il ne lui en voulait pas à ce point.

La discussion prit un ton plus sérieux ensuite. Freyja confia qu'elle avait elle aussi été déçue par quelqu'un. Il eut l'audace de penser, en entendant qu'elle était homosexuelle, qu'elle pourrait lui donner un avis plus éclairé que quiconque. Elle connaissait peut-être mieux les femmes que lui-même. En tout cas, elle se montrait attentive et à l'écoute. Arnhem appréciait cela plus qu'il ne l'aurait pensé au départ, en voyant les deux jeunes femmes s'approcher de lui et engager la discussion dans un moment un peu délicat.
- Oui c'est pour ma fille que cela m'embête. Moi, je me suis fait une raison en me séparant d'elle. Mais Serah a besoin de sa mère. Elle est à l'âge où elle a le plus besoin d'elle, à mon avis. Je me dis qu'Emily doit le faire exprès, quelquefois. Autant d'occasions manquées de passer un bon moment avec sa fille, c'est pas possible.
Son débit de parole était lent. Les phrases sortaient les unes après les autres, assez naturellement. Avec deux ou trois plaisanteries, Freyja et son amie avaient su créer l'ambiance propice aux confidences. Arnhem s'arrêtait, puis reprenait, encouragé par l'attitude d'écoute bienveillante qu'il devinait en face de lui.
- Je crois bien faire en allant dans le sens de ma fille lorsque je la vois déçue par sa mère, mais elle n'arrive pas à lui en vouloir, apparemment. C'est sur moi que ça retombe à chaque fois. Serah ne supporte pas que je critique sa mère devant elle. Je devrais y faire attention, c'est vrai, mais c'est plus fort que moi.

Il soupira sur son sort, mais n'arrivait pas à céder à la morosité. Il aimait sa fille plus que tout, et il commençait déjà à voir poindre le moment où il pourrait rentrer chez lui et l'embrasser pour lui pardonner cette nouvelle altercation. C'était bête de se disputer à cause de quelqu'un d'autre. Ils en étaient tous les deux malheureux, en réalité.

- Et vous, alors ? Quelqu'un vous a déçue aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 2 : équipe technique
Voir le profil de l'utilisateur




Freyja Ivergøsen
Niv 2 : équipe technique
Mer 7 Fév - 12:34

ft. Freyja Ivergøsen

ft. Arnhem

「Bulles à deux」
En entrant dans le SPA aujourd'hui, je n'aurais jamais parié que la situation dériverait de la sorte, mais je ne trouve pas cela désagréable. Au contraire, je me sens sérieuse pour une fois. Utile, aussi. Même si je progresse en terrain plus ou moins inconnu.

- Pardonnez-moi, je suis un peu présomptueuse de prétendre pouvoir vous apporter des solutions mais... ah, je suppose que vous avez déjà pris le temps de leur parler ? A votre femme comme à votre fille ?

C'est vraiment bateau comme conseil mais je pense que si tout le monde le donne, c'est qu'il doit être vraiment utile. Après tout, je l'ai suivi et ça a marché. Un certain temps.

- Sinon, je crois que l'exercice le plus efficace - mais aussi le plus difficile - c'est d'essayer de voir les choses de leur point de vue. Ce n'est jamais facile de se faire l'avocat du diable, mais ça peut aider. Peut-être pas à se sentir mieux, mais au moins à comprendre. Et à savoir comment agir en fonction. C'est ce que j'ai fait... quand j'en ai eu besoin. Je ne sais pas si ça a été si efficace que ça, mais au moins je me suis sentie un peu mieux.

Avant de prendre mes cliques et mes claques pour quitter définitivement la cabine et me réfugier un temps chez Jendy, puis emménager chez Ira. Ouais, ça n'a pas été la période la plus rose de toute ma vie, mais on finit toujours par passer au travers des tempêtes et s'en sortir. Et quand je vois la situation d'Arnhem, je ne peux que me féliciter de n'avoir été qu'en simple relation. Je ne veux même pas imaginer quelle merde cela aurait été si nous avions été mariées ou je ne sais quoi.

- Et puis vous pouvez toujours tenter de faire ce que l'on conseille aux enfants. Tournez sept fois votre langue dans votre bouche avant de parler. Si vous faites cela à chaque fois que vous êtes sur le point de critiquer votre ex femme devant votre fille, peut-être que vous finirez par parvenir à vous en empêcher. Ce qui ne veut pas dire que vous ne devez plus râler contre elle. Enfin, je m'entends. Trouvez quelqu'un à qui parler. Ecrivez sur un journal, quelque chose du genre. La rancoeur est un poison qu'il faut évacuer, d'une manière ou d'une autre, avant d'en être contaminé...

Je ne me rappelle pas avoir un jour été aussi inspirée pour donner des conseils de ce genre. Je n'ai pas la moindre idée de ce qu'ils valent, mais au moins ils sont là. Et peut-être que j'aurais dû les appliquer moi même... Ça me fait me sentir étrangement seule, tout à coup. Je réponds à sa question, un peu distraitement.

- Oh, oui... Oui, on peut dire ça. J'étais en couple avec une nana que j'aimais vraiment et puis... Et puis je ne sais pas, tout a dégénéré petit à petit. Je ne m'en suis pas rendu compte tout de suite, d'abord c'étaient les questions un peu inquisitrices parce que je rentrais plus tard que d'habitude, et puis toutes ces petites choses qui expriment la jalousie et qui donnent l'impression d'être progressivement enfermé...

J'avais été tellement mal à ce moment-là...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Arnhem Montfort
Niv 1 : civil
Mer 14 Fév - 0:53
Cette discussion prenait une tournure assez bizarre, et la situation avait de quoi amuser. Un père de famille divorcé, plongé dans un bain à remous, en train de déballer à deux inconnues ses histoires de couple et ses inquiétudes quant à l'éducation de sa fille ? Est-ce que les autres occupants du bassin, principalement le couple à sa gauche, se rendait compte de ce qui se passait ? Malgré tout, Arnhem n'avait pas l'impression d'être obligé aux confidences. C'était juste que Freyja lui paraissait une personne intéressante, à l'écoute et assez douée pour entretenir une discussion. Un véritable dialogue s'installait entre eux.

Arnhem avait évidemment essayé de parler à son ex femme et à sa fille. C'était toujours plus intéressant avec sa fille, car une fois la tempête passée, ils étaient tous deux capables de se dire les choses qu'ils avaient sur le cœur.
Voir les choses de leur point de vue, c'était plus difficile. A la place de sa fille, Arnhem ne pensait pas pouvoir surmonter chaque déception que lui imposait sa mère. Elle promettait une sortie, un moment entre elles, et puis une fois sur deux, elle se dérobait. Quelquefois elle s'excusait avant, d'autres fois même pas. A la place de son ex femme, Arnhem ne pourrait même pas faire des promesses sans se sentir un minimum obligée de les honorer. Serah grandissait, cela devenait important de mériter et d'entretenir sa confiance. Malgré les faux espoirs qu'Emily lui donnait régulièrement, elle ne cessait de lui pardonner. Un cœur d'or, cette gamine.
Réfléchir davantage avant de parler ? Ne plus critiquer Emily devant Serah ? Arnhem sourit lorsque Freyja lui recommanda de se trouver une oreille attentive ou un moyen d'expulser sa colère. Ce soir, c'était elle.
- Oui, on dirait bien que c'est pour ça que vous êtes venue au spa aujourd'hui. Pour m'entendre parler de mes histoires... Fuyez avant que ce ne soit plus possible ! plaisanta-t-il encore, peut-être pour éviter d'aller plus loin dans la confidence.
En vérité, il savait bien à peu près ce qu'il devait faire. S'il s'énervait contre Emily devant Serah, c'était toujours bien malgré lui. Il ne voulait pas décrédibiliser Emily devant sa fille, elle s'en chargeait très bien toute seule. Arnhem se disait souvent qu'elle en paierait sans doute le prix fort plus tard. Tourner sept fois la langue dans sa bouche, c'était sans doute le meilleur conseil que Freyja pouvait lui donner. C'était difficile, mais pas infaisable.

La jeune femme avait l'air perdue dans ses pensées, tandis qu'elle parlait de sa propre expérience. Arnhem se sentit gêné ; il ne savait pas s'il pouvait aller plus loin. Comment avait-elle alors géré la situation ? Comment avait-elle communiqué avec cette fille pour tenter de trouver une solution au problème, puisque c'était de ça qu'on parlait ? Il n'avait pas envie d'être indiscret, juste de savoir s'il pouvait pêcher là quelques conseils pour comprendre l'attitude d'Emily. Il ne posa plus de question, lui laissant le loisir d'aller plus loin si elle le souhaitait.

Il préféra revenir à son cas, en pensant à nouveau aux conseils qu'elle lui avait donnés. Ecrire... Oui, pourquoi pas ? Serah l'avait bien fait, elle. Il gardait d'ailleurs précieusement sur lui ce mot dans lequel elle expliquait que cela lui faisait du mal qu'il critique sa mère devant elle.
- Ecrire, c'est une bonne idée. Je pourrais coucher les mots qui ne me viennent pas quand je suis énervé après Emily. Je pense que Serah doit savoir ce que je pense vraiment et que je n'arrive pas à lui expliquer de vive voix...
Il parut songeur lui aussi, et sans faire exprès, relança Freyja sur son histoire.
- C'est ce que vous avez fait, vous, avec cette fille, quand vous avez senti que ça n'allait plus ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 2 : équipe technique
Voir le profil de l'utilisateur




Freyja Ivergøsen
Niv 2 : équipe technique
Sam 3 Mar - 16:46

ft. Freyja Ivergøsen

ft. Arnhem

「Bulles à deux」
Il ne m'aura pas fallu très longtemps pour décider que j'aimais bien ce type. Ce n'est pas un crétin arrogant, il écoute vraiment ce que je lui dis et ne se plaint pas à grands coups de lamentations et de geignements. Je me demande vraiment pourquoi sa femme l'a quitté. Même si je suis bien placée pour savoir que même les meilleures personnes peuvent changer lorsque l'on vit avec elles jour après jour. Et puis, après tout, je n'ai pas à m’immiscer dans cette histoire, c'est une affaire plus que privée et moi je ne suis que l'oreille attentive qui fait de son mieux pour aider un homme rencontré au hasard d'un bain public. La vie est faite bizarrement quand même.
Je vois à son expression qu'il réfléchit à mes conseils. Derrière moi, je sens la main de Jendy qui se pose sur ma cuisse, amicale, et je ne peux pas retenir un sourire face à ce geste. Ma meilleure amie a toujours été là pour moi, elle. Je crois qu'il n'y a personne que j'aime plus qu'elle et je ne veux même pas songer à l'enfer que serait cette vie close dans un vaisseau dérivant à travers l'espace sans sa présence à mes côtés.

Face à moi, Arnhem plaisante légèrement, allégeant quelque peu l'atmosphère assez grave qui plane entre nous. J'aime bien son sens de l'humour, il ressemble suffisamment au mien pour que je me sente à l'aise, alors même qu'il est sans aucun doute plus vieux que moi d'au moins dix ans. Ce qui ne veut pas dire grand chose puisque je ne suis pas bien vieille au regard de l'espérance de vie qui est la nôtre. Vingt-trois ans, ce n'est pas grand chose et pourtant j'ai parfois l'impression d'en avoir au moins vingt de plus.

- Je dois être assez solide pour ça, vous en faites pas. Je pense que, parfois, écouter les autres se plaindre un peu ça fait oublier nos propres malheurs... j'ajoute avec un demi-sourire malicieux qui ne va pas trop avec le sérieux de ce que je dis.

Découvrir qu'il envisage de suivre mon conseil sur l'écriture me tire un nouveau sourire. C'est, je crois, l'un des plus précieux conseils que l'on m'a donné lorsque j'en ai eu besoin. Coucher sur le papier tout ce qui tourbillonnait dans mon esprit et m'empêchait de dormir, de réfléchir. Me sortir tout ça de la tête pour pouvoir me pencher dessus avec un peu plus de recul. Lorsque Arnhem m'interroge à ce sujet, je lui souris à nouveau.

- En fait, j'ai commencé par écrire tout ce qui n'allait pas sur des bouts de papier mais ce n'était pas la meilleure solution puisque j'avais toujours peur qu'elle tombe dessus et que ça empire les choses. Si j'avais écrit dans un journal intime, elle aurait pris ça pour des cachotteries et ça aurait encore plus été la merde. Alors on m'a parlé des lettres...

Ça, ces lettres, ça a été la solution miracle. Ou, en tout cas, l'une des meilleures solutions que l'on m'avait proposées. C'est en grande partie grâce à elles que je suis parvenue à me sortir du cercle infernal dans lequel j'étais coincée et à recommencer ailleurs.

- Cette histoire de lettres, ça peut paraitre bizarre au début, mais ça m'a vraiment aidée. Au début, ce n'étaient que ces feuilles de papier sur lesquelles je gribouillais mes ennuis, mais il y avait ça de différent que je les adressais à Jendy - ma meilleure amie ici présente. Elle ne les ouvrait pas et ne les lisait pas, mais ce n'était pas le but. Il fallait juste que je parvienne à extérioriser mes problèmes. Et puis ensuite, je lui ai écrit des lettres à elle, des lettres que je brûlais ensuite. Croyez-moi, ça fait un bien fou d'écrire tous ces mots qu'on rêve de dire mais qui nous attireraient plus d'ennuis qu'autre chose si on les disait.

Et, heureusement pour moi, seule Jendy était vraiment au courant pour ces lettres. Du reste, elle hoche la tête avec un sourire auprès de moi et confirme l'effet bénéfique que ça a eu pour moi. Je suppose qu'Arnhem pourrait essayer d'appliquer cette technique à sa propre situation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Arnhem Montfort
Niv 1 : civil
Lun 2 Avr - 0:01
Arnhem écouta attentivement Freyja continuer son histoire. Il se montra principalement intéressé quand elle raconta comment elle avait écrit des lettres que personne n'avait lues pour extérioriser ses rancœurs. C'était assez étrange de n'écrire pour personne, mais il comprenait que ce n'étaient pas des lettres comme les autres. Elles n'avaient pas eu de destinataire car leur seul but était de "soigner" leur autrice.
Il ne savait pas s'il pourrait appliquer la même méthode à son propre cas. Il repensa à la lettre écrite par sa fille qu'il conservait dans son portefeuille. Serah avait bien eu pour intention de lui écrire ce qu'elle ressentait, pour qu'il le lise. Il pouvait lui rendre la pareille de la même manière. Elle méritait qu'il lui explique, qu'elle puisse elle aussi, si elle le souhaitait, conserver une trace de ce que son père ressentait pour elle. La jeune fille savait très probablement que ce n'était que de l'amour, malgré les disputes et les incompréhensions passagères, mais c'était le genre de choses toujours agréables à entendre.
En revanche, Arnhem ne savait pas s'il voulait vraiment expliquer à Emily ce qu'il ressentait. Peut-être, pour qu'elle sache qu'il la pensait profondément injuste envers Serah. Mais, déjà si peu préoccupée par leur fille, comprendrait-elle son geste de père préoccupé ? Sans doute pas. Et s'il devait prendre le temps et l'énergie de se livrer pour qu'elle ne fasse pas le moindre cas de son avis, qu'elle ne prenne pas la peine de comprendre son geste, alors à quoi bon ? Il valait peut-être mieux que ces lettres n'aient pas de destinataire. Freyja avait certainement raison en lui proposant de ne pas alimenter l'incendie. Car il ne savait pas s'il parviendrait à rester calme en écrivant à Emily. Il risquait de lui faire du mal, et de s'en faire aussi, au passage.

En tout cas, les deux femmes présentes avec lui avaient l'air d'être très amies. Elles avaient une réelle proximité. Jendy, bien qu'intéressée, était étrangement muette. Mais ne semblait pas mal intentionnée pour autant.
- Vous n'avez jamais été tentée d'ouvrir les lettres ? Ou bien elle vous l'avait interdit ? demanda Arnhem à la jeune femme, avant de revenir à Freyja.
- Je comprends bien l'intention, en tout cas. C'est assez étrange, j'aurais envie de dire à mon ex-femme ce que je ressens, mais peut-être qu'il ne faut pas. Je suppose que ma fille est assez grande pour dire à sa mère ce qu'elle ressent. Peut-être qu'elle le fait et que je n'en sais rien, d'ailleurs. C'est surtout moi que ça préoccupe.


Il resta silencieux un moment, pensif, à regarder les bulles éclater à la surface. Il réajusta la serviette au niveau de sa nuque, puis se retourna vers Freyja et Jendy.
- Je crois que je vais essayer. Je ne sais pas encore à qui les envoyer, mais ça vaut le coup d'y réfléchir.
Il songea qu'il n'avait pas vraiment d'ami, homme ou femme. La serveuse du Dinner, Rim, comptait parmi ses confidentes les plus régulières, mais son jeune âge et le rapport de hiérarchie qui existait entre eux ne la plaçait pas vraiment dans le cercle des amis. En fait, le cadre dans lequel ils évoluaient tous, lancés vers une destination inconnue, ne lui semblait pas propice à tisser des liens. Il avait sûrement tort.
- Vous vous êtes rencontrées comment, si ce n'est pas indiscret ? demanda-t-il aux deux jeunes femmes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 2 : équipe technique
Voir le profil de l'utilisateur




Freyja Ivergøsen
Niv 2 : équipe technique
Lun 9 Avr - 10:29

ft. Freyja Ivergøsen

ft. Arnhem

「Bulles à deux」
Je vois que ce que je dis fait réfléchir Arnhem. Je me sens plus intelligente que je ne le suis et ça me fait un peu bizarre d'être écoutée avec autant de sérieux. D'ordinaire, je suis juste une nana comme les autres et ce que je dis n'a pas autant d'importance. En tout cas, ça me fait un peu réfléchir aussi. Maintenant que ça fait un sacré moment qu'entre Chiara et moi c'est fini, peut-être qu'il faudrait que je retourne la voir. Ne serait-ce que pour... discuter. Notre interlocuteur finit par reprendre la parole mais il s'adresse à Jendy, cette fois. Ça me fait sourire. Ma meilleure amie ne parle pas beaucoup aux gens qu'elle connait à peine et me laisse les aborder en premier. Par contre elle écoute beaucoup, sans doute plus que moi. En tout cas, cette question sur les lettres la fait sourire et elle me regarde avant de répondre.

- Oh, non. Je savais ce qu'elles contenaient et je n'avais pas envie de lire à quel point cette salope - pardonnez-moi ce terme - faisait souffrir ma meilleure amie. Je me contentais de les ranger en attendant que Frey vienne les reprendre.

Sa voix est douce, posée. Très probablement moins agressive et rauque que la mienne. En même temps, son boulot d'implique pas de gueuler des ordres et des informations au milieu de fumées et d'émanations plus ou moins saines. Arnhem finit par laisser tomber une nouvelle remarque, mon idée des lettres semble vraiment le faire réfléchir. Il a l'air prêt à essayer sans savoir à qui envoyer les lettres.

- Bah... au pire, si vous ne savez pas à qui les envoyer... vous pouvez toujours les adresser à l'une d'entre nous. Comme le but c'est pas de les ouvrir mais juste de les mettre de côté... Moi en tout cas ça me dérangerait pas. Je pense que ce serait même logique, après avoir emmerdé Jendy avec les miennes, je peux bien recevoir celles de quelqu'un d'autre si ça peut l'aider...

Ce gars m'est sympathique et j'ai envie de l'aider. Ne serait-ce que pour lui offrir la main tendue que j'ai eue quand je me suis trouvée dans la merde. L'a pas l'air à l'aise, en tout cas. Et quand il nous demande comment on s'est rencontrées, j'échange un regard avec Jendy qui se met à rire.

- C'était y a un bout de temps, au moins cinq ou six ans. Vous savez, la grande salle de jeu en réalité augmentée venait d'ouvrir et à l'époque on était encore ado. On avait quoi... dix-sept ans ? Dix-huit peut-être... Et on allait jouer là-bas parce que c'était cool.

Je me rappelle très bien cette période un peu irréelle où j'attendais avec impatience le moment de la semaine où je pourrais filer à la salle de jeu pour retrouver mon personnage d'aventurière et partir explorer des paysages de la Terre vieux de centaines d'années.

- C'est là-bas qu'on s'est rencontrées. On jouait toujours au même jeu, elle et moi. Fallait s'aventurer dans des paysages de la terre pour retrouver des trésors et taper sur des pilleurs de tombes. Je sais pas trop ce que c'était, un pilleur de tombe, mais l'idée était cool. Et à force de s'allier pour progresser, ben on s'est rencontrées en vrai. Et on a continué à se retrouver pour finir le jeu. Il nous a fallu presque un an pour trouver le trésor final et quand c'est arrivé, on était déjà devenues amies. Du coup on ne s'est pas quittées depuis.

C'était vraiment une bonne époque. C'était avant que je rencontre Chiara, avant que Jendy ne s'installe en colocation avec sa soeur parce que moi j'étais déjà installée ailleurs... Des fois je me dis que j'aimerais bien retourner faire un tour à la salle de jeux mais... je n'ai pas le temps et c'est vraiment dommage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 150
Date d'inscription : 11/07/2017
Niv 1 : civil
Voir le profil de l'utilisateur




Arnhem Montfort
Niv 1 : civil
Jeu 12 Avr - 18:34
La proposition de Freyja au sujet des lettres surprit Arnhem. Evidemment, elle avait proposé d'en être la destinataire. Arnhem se revit prononcer d'un air détaché cette phrase par laquelle il avait signifié qu'il n'avait pas vraiment d'ami à qui écrire tout ce qu'il avait sur le cœur. Après une telle remarque (il avait du la lâcher sur un air plus grave que prévu), soit elle se foutait de l'information (elle aurait pu l'ignorer poliment, même après être entrée dans le jeu des confidences), soit elle lui apportait son aide. Au moment de donner son avis sur la proposition qui lui était faite, Arnhem sentit se refermer un à un les cadenas qu'il s'était durant ces cinq dernières années appliqué à mettre autour de son cœur. Il ne maitrisait pas cela. Ce n'était pas qu'il voulait demeurer une énigme pour les autres en toute occasion. C'était plutôt qu'Emily l'avait rendu très faible au moment de la séparation. Il était très amoureux d'elle alors. Il avait détesté le personnage qu'il devenait peu à peu. Il avait eu l'impression de ne plus rien maitriser de sa vie. C'était peut-être à ce moment-là qu'il s'était mis à avoir des idées fatalistes sur le voyage interminable du Vidar.

Aussi, Arnhem écouta un peu distraitement la réponse de Freyja au sujet de son amitié avec Jendy. Sa question - il en prenait conscience maintenant - était un peu là pour dévier l'attention qu'il pensait trop dirigée sur lui. Bien sûr, cela l'intéressait, mais tandis que Freyja relatait les rencontres avec son amie à la salle de jeux, il ne cessait pas de penser à l'engagement qu'il était sur le point de prendre. A faire ce genre de confidences à des inconnus, il s'était un peu malgré lui engagé à travailler à l'amélioration de son état.

Oui, il le ferait sans doute. Il commencerait par Serah, elle devait savoir à quel point son père l'aimait. A quel point elle était sa béquille pour tenir debout. Quant à envoyer des lettres à Freyja ou Jendy, il attendrait peut-être un peu. Bien que tous les trois eurent trouvé un terrain de discussion assez important pour qu'une sorte de confiance (peut-être d'amitié ?) naisse, une telle décision ne se prenait pas à légère. Cela ne se ferait qu'à la condition qu'il ne redoute pas que ses lettres soient ouvertes. Pour cela, il avait peut-être besoin de mieux connaitre les deux jeunes femmes.

Tout en continuant à ruminer (il savait que son questionnement intérieur se voyait sur son visage), il réagit positivement à l'évocation de la salle de jeux où Freyja et Jendy s'était rencontrées.
- J'y suis déjà allé. C'est très sympa... Mais ça fait un long moment que je n'y ai plus mis les pieds.
Et puis, pour se libérer du poids de son questionnement, il finit par s'ouvrir, en toute sincérité.
- Au sujet des lettres, je... Je ne sais pas. Je vais y réfléchir. Peut-être que j'ai besoin qu'on se connaisse mieux avant de vous les envoyer. En tout cas c'est gentil de vouloir m'aider, Freyja. L'idée me plait.

Arnhem s'étira en arrière, essayant d'atteindre l'endroit où il avait déposé sa montre sur le bord du bassin. Il ne voulait pas fausser compagnie aux deux jeunes femmes car cet instant partagé lui était plutôt agréable. Mais ses responsabilités de père se rappelaient à son esprit. Il consulta l'objet. A cette heure-ci, il devait songer à rentrer dans sa cabine. Serah était assez grande pour se débrouiller seule, mais il tenait à revenir avant qu'elle ne soit endormie.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vidar 89-05 :: Premier Niveau :: Espace public :: Spa Freyja-
Sauter vers: